•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Innu Nikamu sous le signe du rassemblement

Différentes nations autochtones

Le Festival Innu Nikamu est une fête pour toutes les communautés des Premières Nations.

Photo : Evelyne Côté

Radio-Canada

Trente spectacles, une centaine d'artistes, une dizaine de nations représentées. Le Festival Innu Nikamu qui lance jeudi soir sa 33e édition s'affirme de plus en plus comme un lieu de convergence où on se regroupe sous le signe de l'universalité de la musique.

Un reportage de Guy Bois, d'Espaces autochtones

« C’est pas mal ça notre fil conducteur année après année, c’est d’avoir une diversité de langues qui sont chantées sur la scène », dit le directeur de la programmation Kim Fontaine, lui-même membre du groupe Maten qui va clore la soirée de vendredi.

Les spectateurs pourront donc entendre des artistes d’origine inuite, algonquine, atikamekw, innue, mohawk, crie, québécoise, et même… cajun, avec Zachary Richard qui donnera le gros spectacle du samedi soir.

Parmi ces artistes d’un peu partout, il y a Taktika, un groupe de rap de la région de Québec. Un duo de Québécois « de souche », heureux d’être à Mani-Utenam au moment où le groupe célèbre le vingtième anniversaire de sa création.

Le groupe de rap Taktika participe au Festival Innu Nikamu à Mani-Utenam Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Taktika, un groupe de rap de la région de Québec, participe au Festival Innu Nikamu

Photo : Guy Bois

Frédéric Auger et Simon Valiquette viennent à peine de débarquer de l’avion qu’ils se prêtent au jeu des égoportraits avec des techniciens en train de monter la scène et d’effectuer les ultimes tests de son pour la soirée d’ouverture où ils seront sur scène.

Les deux hommes étaient venus donner une conférence à l’école secondaire de Uashat (Sept-Îles) l’hiver dernier et c’est là que les élèves innus leur ont dit qu’ils devraient participer à Innu Nikamu.

« On a vécu des épreuves à travers notre vie, pis on a un message qui est rempli d’espoir. Pis on a l’impression que ç’a accroché les Innus », dit Frédéric Auger.

« Ça fait différents spectacles qu’on donne dans les communautés. On est allé plusieurs fois à Obedjiwan [chez les Atikamekw]. On est allé au Lac-Simon [Anichinabés]. On a quand même certains liens avec les communautés autochtones. On aime beaucoup s’impliquer à travers des conférences pour les jeunes », ajoute Simon Valiquette.

C’est la question du suicide chez les jeunes qui interpelle en particulier les deux rappeurs québécois.

« C’est un problème qu’on rencontre beaucoup dans les communautés, entre autres. Mon partner [Simon] a fait une chanson qui s’appelle Désintox qui parle de sa thérapie. C’est tous des problèmes que des communautés rencontrent. Y a pas beaucoup d’artistes québécois qui en parlent. Mais en plus, c’est de la musique rap, on s’adresse à la jeunesse », ajoute Frédéric Auger, le plus volubile du duo.

Difficultés récurrentes de financement

Quinze mille personnes devraient converger vers le site de l’ancien pensionnat de Mani-Utenam d’ici dimanche soir, pour un festival de musique qui représente une sorte d’exorcisme.

Le succès dure depuis 32 ans, mais il faut, chaque année, employer des subterfuges et multiplier les contorsions pour pouvoir boucler le budget.

Le directeur de la programmation, Kim Fontaine, ne veut pas trop s’étendre sur le problème de financement du festival, mais admet tout de même que « ç’a été plus difficile que d’habitude. On a essuyé des refus à plusieurs niveaux ».

 Kim Fontaine, directeur de la programmation du Festival Innu Nikamu à Mani-UtenamAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kim Fontaine, directeur de la programmation du Festival Innu Nikamu à Mani-Utenam

Photo : Guy Bois

Heureusement, l’implication de la radio communautaire de Mani-Utenam avec un bingo spécial qui rapporte dans les 80 000 $ permet, chaque année, de sauver les meubles.

Et il reste les moments magiques qu’on anticipe déjà. Le spectacle de Claude McKenzie, membre du groupe original Kashtin, qui effectue un retour dans sa communauté. McKenzie au style plus rock, plus électrique, s’emparera de la scène vendredi soir.

Et puis l’autre moitié de Kashtin, Florent Vollant, donnera le spectacle de clôture dimanche.

« C’est sûr qu’il y aura un moment particulier cette année à la clôture dimanche avec Florent [Vollant] et ses invités. J’ai écouté des répétitions qui ont été faites hier [mercredi]. Ça, ça va être bon, c’est sûr. Et je pense à l’ouverture [jeudi soir] avec Nikamu Mamuitun qui est propice à l’échange », souligne le directeur de la programmation Kim Fontaine. 

Nikamu Mamuitun, ce groupe de jeunes chanteurs autochtones et non autochtones guidé par Marc Déry et Florent Vollant. Un groupe qui incarne justement le rassemblement, le rêve ultime d’Innu Nikamu qui s’échine contre vents et marées à faire tomber les barrières entre les peuples depuis 32 ans.

Le site du Festival Innu Nikamu attend la fouleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site du Festival Innu Nikamu attend la foule

Photo : Guy Bois

 

Arts de la scène

Société