•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral promet de sauver les baleines noires : « aucune option n'est écartée »

Une baleine noire morte dans le golfe du Saint-Laurent.

Photo : Pêches et Océans Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Canada promet de « prendre toutes les mesures nécessaires » pour éviter la mort de nouvelles baleines noires de l'Atlantique Nord. Dix baleines noires ont été retrouvées mortes depuis deux mois, dans le golfe du Saint-Laurent.

Un texte de Catherine Allard

« Nous avons comme gouvernement une responsabilité importante selon la loi de faire tout ce qu’on peut pour protéger ces baleines noires qui sont très menacées. La mort de 10 baleines, c’est une source d'énormément d’inquiétude », a affirmé le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, jeudi après-midi.

Je suis inquiet pour la réputation du Canada. C’est pourquoi le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour montrer au Canada et au monde entier qu’on veut sauver les baleines.

Dominic LeBlanc, ministre des Pêches et des Océans du Canada

Le ministre a survolé le golfe du Saint-Laurent avec une équipe de scientifiques, jeudi matin, afin d'observer l'état de la situation. « Nous avons vu une quinzaine de baleines », dit-il. Entre 80 et 100 baleines noires se trouveraient actuellement dans le golfe, selon Pêches et Océans.

« C’est deux ou trois fois plus que les autres années, dans une région avec beaucoup de circulation maritime et d’activités de pêches. Cet automne, les baleines repartiront plus au sud, vers les États-Unis, donc il y aura beaucoup de mouvement », explique Dominic LeBlanc.

Le ministre Dominic LeBlanc a survolé une partie du golfe du Saint-Laurent pour observer les baleines noires et faire un était de la situation, jeudi matin.

Le ministre Dominic LeBlanc a survolé une partie du golfe du Saint-Laurent pour observer les baleines noires et faire un était de la situation, jeudi matin.

Photo : Pêches et Océans Canada

Comment sauver les baleines?

Dominic LeBlanc affirme « qu’aucune option n’est écartée », pour l’instant, et qu’il travaille avec le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, pour trouver des solutions.

« Nous avons déjà fait une liste d’options [...] comme minimiser la quantité de cordes [attachées aux filets de pêche] qui flottent sur la surface de l’eau ou réduire la vitesse des bateaux. Tout ça va permettre de réduire les menaces sur les baleines », a expliqué le ministre, lors du point de presse tenu en compagnie d'une dizaine de scientifiques et d'experts de Pêches et Océans.

« Des informations préliminaires démontrent que des baleines ont été tuées par des bateaux. Le trafic maritime est plus élevé dans cette région que, par exemple, dans la baie de Fundy, donc ça représente une menace augmentée. Nous avons déjà demandé à l’industrie de ralentir jusqu’à 10 noeuds lorsqu’ils sont dans une certaine région.  »

Une dizaine de scientifiques et d'experts de Pêches et Océans étaient présents lorsque le ministre Dominic LeBlanc s'est adressé aux journalistes, jeudi après-midi.

Une dizaine de scientifiques et d'experts de Pêches et Océans étaient présents lorsque le ministre Dominic LeBlanc s'est adressé aux journalistes, jeudi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Pas question d'interdire la pêche

Des scientifiques ont demandé la création d'une aire protégée (Nouvelle fenêtre) pour assurer la sauvegarde de l'espèce. Le ministre Dominic LeBlanc croit qu'il existe des moyens d'éviter d'autres mortalités de baleines, sans mettre en danger l'industrie de la pêche.

« Cette année, on a fermé la pêche au crabe plus tôt, mais 97 % du quota avait déjà été pris. Je ne crois pas que la situation va se répéter l'année prochaine », affirme le ministre.

Le gouvernement attend les résultats des nécropsies faites sur les baleines mortes pour mettre en place des mesures précises. Les conclusions des nécropsies sont attendues à l’automne.

 

La mort des baleines noires en carte

Les points rouges illustrent les endroits approximatifs où des baleines mortes ont été observées pour la première fois.

Le lieu de la mort de deux des dix baleines n'est pas connu et n'apparait donc pas sur cette carte.

Les points jaunes démontrent les endroits où des baleines ont été prises dans des filets de pêche.

Source : Pêches et Océans Canada

Les pêcheurs, une partie de la solution?

Le gouvernement du Canada pourrait choisir d'imposer des mesures restrictives aux pêcheurs, comme l'a évoqué le ministre Dominic LeBlanc.

Les pêcheurs disent être prêts à collaborer, mais ils espèrent que les mesures prises par le gouvernement ne seront pas trop radicales, ce qui pourrait mettre en danger leur industrie.

« Des pertes de revenus pour le pêcheur directement, des pertes d'emplois en usine, les retombées économiques ne sont pas là, donc toute l'économie du secteur pêche et les marchés sont affectés », explique Jean Lanteigne, le directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels (FRAPP), qui représente notamment de nombreux pêcheurs de crabe.

On est dans des activités économiques qui génèrent des millions de dollars pour l'économie canadienne. On ne va pas commencer à dire qu'on arrête de pêcher parce qu'il va passer 10 ou 15 baleines au cours des prochains mois. Il faut être réaliste.

Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels

« On est préoccupé, mais on pense qu'on n'est pas nécessairement les coupables. On ne voit pas pourquoi les pêcheurs seraient pointés du doigt. Il faut arrêter avec cette histoire d'aire marine protégée. C'est farfelu comme proposition parce que les baleines se déplacent », dit-il.

Jean Lanteigne croit plutôt que les pêcheurs peuvent faire partie de la solution et propose de revoir les voies de circulation maritime et la façon d'installer et de récupérer les filets de pêche. « Les pêcheurs peuvent même devenir les yeux du ministère pour signaler la présence de baleines dans certains secteurs », ajoute-t-il.

Population de la baleine noire de l'Atlantique Nord

La baleine noire de l'Atlantique Nord est en voie de disparition. Sa population est estimée à environs 525 individus.

 

Environnement