•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recul du français à la maison au Manitoba

Statistique Canada dévoile les données du recensement 2016 sur la langue.

Photo : iStock / iStockPhoto

Radio-Canada

La proportion de Manitobains parlant le français à la maison a diminué. C'est ce qu'indiquent les derniers chiffres du recensement de 2016 publiés par Statistique Canada. Pourtant, le nombre de locuteurs francophones, lui, a augmenté.

Selon les derniers chiffres de Statistique Canada, 42 505 personnes parlaient le français à la maison au Manitoba en 2016. C'est 420 de plus qu'en 2011, mais la proportion de Manitobains utilisant la langue de Molière chez eux diminue légèrement par rapport à 2011.

Au Manitoba, en 2016, 92 % de la population parlait anglais à la maison. Vient ensuite le tagalog, avec 4,6 %. Puis l'allemand, avec 3,7 %. Le français arrive en quatrième position, avec 3,3 %.

Titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les interactions entre les langues à l'Université du Manitoba, Nicole Rosen se dit un peu surprise par ces chiffres.

« J'aurais pensé qu'il y aurait plus de baisses dans les francophones, ou même dans les anglophones par rapport aux immigrés, mais on ne voit pas ça vraiment. Par rapport aux pourcentages au moins, c'est relativement stable », observe la chercheuse.

De son côté, la Société de la francophonie manitobaine n'est pas surprise par ces données. Il n'en reste pas moins que la perte du poids démographique des francophones dans la province retient son attention.

« On parle d'investir dans l'avenir, d'investir dans la jeunesse, d'investir dans des programmes [...], d'investir dans l'immigration francophone, d'investir dans toute chose qui va faire une différence en fin de compte. En 2017, je crois que ce qu'il faut faire, c'est de s'assurer qu'on utilise les fonds qu'on nous donne de façon stratégique », estime Daniel Boucher, directeur général de la Société de la francophonie manitobaine.

La Fédération des communautés francophones et acadienne appelle quant à elle à une action d'envergure pour enrayer le déclin constaté au Manitoba, mais aussi notamment en Acadie.

« En 2017, je dis ceci : pour qu'on puisse continuer à parler de dualité linguistique dans 15, 20 ou 30 ans, il faut donner aujourd'hui un coup de barre majeur », affirme Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne.

Le recensement note également que le taux de bilinguisme au pays a atteint un niveau sans précédent. En 2016, 18 % de la population était bilingue.

Manitoba

Démographie