•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la découverte de Tshakapesh, héros innu

Le personnage de Tshakapesh en pleine action
Le personnage de Tshakapesh en pleine action Photo: Capture d'écran tirée du jeu Tshakapesh et l'aventure des quartz roses

La zone jeunesse de Radio-Canada.ca a lancé le jeu Tshakapesh et l'aventure des quartz roses, un moyen de faire connaître la culture innue aux jeunes de partout au pays.

Un texte de Jean-Philippe Guilbault

Produit en partenariat avec le Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN) et le site Internet Tshinanu, le jeu met en vedette les personnages de récits traditionnels innus : Tshakapesh et Carcajou.

Se déroulant dans un futur rapproché, le jeu invite les participants à protéger le territoire sur lequel vivent Tshakapesh, Imala, Asha et Ti, qui est menacé par l’entreprise de Monsieur K. Celui-ci cherche à exploiter les réserves de quartz rose.

Le jeu est entièrement en langue innue, sous-titré soit en anglais, soit en français. Les artistes Charles Bender et Natasha Kanapé Fontaine prêtent d’ailleurs leur voix aux personnages.

Des mots sont enseignés aux joueurs au fil de sa progression dans les deux premiers tableaux, déjà en ligne, cinq autres seront disponibles d’ici le 1er décembre prochain.

TshakapeshTshakapesh Photo : Capture d'écran tirée du jeu Tshakapesh et l'aventure des quartz roses

Qui est Tshakapesh?

Issu de la cosmologie innue, Tshakapesh est le héros fondateur de l’univers.

« À travers différentes histoires, différentes aventures, c’est lui qui permet finalement aux Innus aujourd’hui d’expliquer le monde dans sa généralité, dans sa totalité, explique Laurent Jérôme, professeur au département de Science des religions à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). C’est-à-dire que ça explique certaines caractéristiques de l’univers visible et invisible. »

Le professeur, qui est également le cofondateur de la concentration en études autochtones à l’UQAM, n’est pas surpris que ce personnage se retrouve au cœur d’un jeu pour enfants.

« C’est quelqu’un qui joue le rôle de modèle, c’est quelqu’un qui, à travers des obstacles qu’il parvient à surmonter, avance dans le temps, grandit, acquiert un certain nombre de compétences », explique-t-il.

Face à lui se trouve Carcajou (Kuekuatsheu en innu), figure du trickster ou joueur de tours, présent dans diverses cosmologies autochtones.

« Ce sont deux grands corpus de récits, précise Laurent Jérôme. Ce sont deux personnages incontournables qui n’ont pas forcément le même rôle. »

Le professeur explique que Carcajou est traditionnellement un personnage jouant des tours, « un bouffon », souvent associé au rire, mais qui permet aussi l’enseignement de certaines leçons.

« Il y a une adaptation par rapport à l’objectif d’un jeu vidéo où il faut un certain nombre d’aventures, mais le Carcajou, c’est un peu son rôle aussi dans les récits innus que de défaire ce qui a été fait, de déconstruire ce qui a été construit. À travers ses aventures, c’est vraiment un inversement, on tourne à l’envers et c’est ce qui participe à la farce. »

Et c’est Tshakapesh qui vient généralement rétablir l’ordre après le passage de Carcajou.

Le jeu Tshakapesh et l'aventure des quartz roses (Nouvelle fenêtre) prépare le terrain à une série animée qui sera diffusée à l’hiver 2019.

 

Autochtones

Société