•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des partisans de La Meute présents à la conférence d’André Pitre

André Pitre a donné une conférence à l'extérieur du centre communautaire Nazareth, à Rimouski.

André Pitre a donné une conférence à l'extérieur du centre communautaire Nazareth, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Le conférencier André Pitre s'est adressé à un petit groupe d'un peu plus de 20 personnes à Rimouski, mardi soir. Une grande partie du public portait des vêtements à l'effigie du groupe La Meute.

Un texte d'Édith Drouin

Dès leur arrivée sur le site du centre communautaire Nazareth, les visiteurs ont été accueillis par les membres de l’équipe de sécurité de La Meute, qui s’occupait du stationnement.

Un membre du groupe La Meute qui s'occupait de la sécurité du conférencier André Pitre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres du groupe La Meute étaient responsables de la sécurité.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

L’équipe comptait au moins une dizaine de personnes, placées aux divers points d’entrées du parc adjacent au centre communautaire.

André Pitre a commencé sa conférence vers 19 h, devant un public qui était assis dans les estrades du parc. Un membre de La Meute filmait l’événement, qui était diffusé en direct sur la page Facebook du conférencier.

André Pitre a tout d’abord expliqué pourquoi il collaborait avec le groupe La Meute pour assurer sa sécurité, il a également dénoncé la décision de la Ville de Rimouski d’annuler la réservation de la salle communautaire.

Un peu plus de vingt personnes ont assisté à la conférence d'André Pitre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un peu plus de vingt personnes ont assisté à la conférence d'André Pitre.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Il a parlé de liberté d’expression et de la façon dont certains politiciens la contraignaient. Il a abordé les succès de l’immigration maghrébine, mais également les problèmes liés à la venue de réfugiés syriens au Canada. Il a aussi traité des lacunes de la couverture médiatique dans la province.

Pendant la conférence, le cofondateur du groupe La Meute, Patrick Beaudry, s’est joint à lui pour se prononcer notamment sur des enjeux relatifs à l’immigration.

Patrick Beaudry, cofondateur du groupe La MeuteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Patrick Beaudry est cofondateur du groupe La Meute.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Pendant la période de questions, le ton a monté lorsque le conférencier et deux membres de La Meute ont été interpellés par un citoyen qui remettait en question certains de leurs propos. La situation s'est toutefois rapidement résorbée.

Une impression de déjà-vu

Le public comptait quelques curieux qui assistaient à la conférence dans le but de se faire une opinion informée sur les propos d'André Pitre et de La Meute.

Sean-Oliver Parent, un résident de Rimouski, dit avoir eu l’impression de revoir, à travers leurs discours, un phénomène qui a précédé la Deuxième Guerre mondiale.

J’avais l’impression dans la rhétorique de revoir un peu ce qu’on a vu avant la Deuxième Guerre mondiale [...] la crainte de l’autre comme réponse à un problème qui n’est pas dû à des gens, mais à un système économique.

Sean-Oliver Parent, résident de Rimouski

Par contre, il partage l’avis du conférencier et du groupe au sujet de la controverse qui les oppose à la Ville de Rimouski. La municipalité a annulé la réservation d'un de ses locaux pour la conférence, en expliquant que les valeurs de La Meute étaient incompatibles avec celles de la Ville.

Sean-Oliver Parent souligne que la liberté d’expression est surtout importante afin de protéger les points de vue qui dérangent.

Plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

Le cofondateur du groupe La Meute dit s’être déplacé à Rimouski pour appuyer André Pitre à la suite de la controverse provoquée par l'annulation de la réservation de la salle de la Ville.

Il indique que son groupe a déposé mardi une plainte officielle à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec contre la Ville de Rimouski.

C’est un manquement grave au droit constitutionnel, de liberté d’expression, de liberté de se rassembler, ça va à l’encontre de tout ce que le Québec a été fondé dessus finalement.

Patrick Beaudry, cofondateur de La Meute

Interrogé au sujet de l’échange houleux pendant la période des questions, il a expliqué que hausser le ton était « dans sa nature » et qu’il n’avait pas voulu intimider qui que ce soit.

La Meute gagne des adeptes au Bas-Saint-Laurent

Le recrutement pour le chapitre bas-laurentien de La Meute va bon train, selon son porte-parole Sébastien Chabot.

Tract de la Meute où il est écrit: Non à toutes sortes d'acomodements religieux. Ici c'est la laïcité, sans compromis!Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le groupe La meute a distribué des tracts dans quelques stationnements de commerces à Rimouski à la fin juin.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Le nombre de membres actifs est passé d’environ 60 à 180 en l’espace de deux mois.

Le recrutement, ça va super bien, on a plein de monde qui viennent voir d’abord et ensuite ils se joignent.

Sébastien Chabot, porte-parole du clan du Bas-Saint-Laurent

La porte-parole indique que le groupe a élu un président local qui se nomme Éric Rioux, surnommé Rotaikwaho Wolf.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société