•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La concrétisation d’un rêve pour le Québécois Jesen Therrien

Jesen Therrien

Jesen Therrien

Photo : Getty Images

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« J'ai appelé ma mère. Elle était tellement heureuse. C'est un objectif pour lequel elle a tellement fait de sacrifices. Elle a toujours été là pour moi. Elle n'a jamais raté une partie quand j'étais plus jeune, même un entraînement. J'ai dit : "Wow maman, on l'a fait ensemble." »

Un texte de Christine Roger

Jeudi dernier, le match des IronPigs de Lehigh Valley venait tout juste de prendre de fin lorsque Jesen Therrien a été emmené dans le bureau du gérant de l’équipe.

On lui a alors annoncé qu’il obtenait une promotion dans les ligues majeures et qu’il rejoindrait les Phillies à Philadelphie dès le lendemain. C’était un rêve devenu réalité pour le natif de Montréal-Nord.

« J’avais les larmes aux yeux, confie le jeune homme de 24 ans. Je ne savais pas quoi dire. Il n'y avait aucun mot qui sortait de ma bouche à part : "Merci, merci pour tout" ». Je n’étais pas en état de choc, mais j’étais tellement heureux. C’est quelque chose que j’avais attendu pendant tellement longtemps et pour lequel j’ai travaillé tellement fort. »

Repêché au 17e tour par les Phillies en 2011, le Québécois a connu une progression fulgurante, particulière au courant de la dernière année. Il y a quelques années, il a commencé à s’entraîner avec Éric Gagné et, rapidement, les résultats ont été probants.

Le droitier de 1,88 m (6 pi 2 po) a disputé 18 matchs pour les IronPigs dans le AAA et a maintenu une moyenne de point mérité de 1,57. En 28 manches et deux tiers, les frappeurs qu'il a affrontés ont présenté une moyenne de ,227. Il a également réussi 26 retraits au bâton.

Il avait entamé la saison avec les Fightin Phils de Reading, dans l'Eastern League (AA), où il a enregistré sept sauvetages en huit tentatives. Il est ainsi devenu l’un des plus beaux espoirs de l’organisation.

Jesen TherrienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jesen Therrien

Photo : Radio-Canada / Christine Roger

« Je sais qu’il se passait pas mal de choses autour de l’équipe. Il y a beaucoup de monde qui en parlait. Je restais quand même très concentré. Comment je lançais, un lancer à la fois, comment moi je peux devenir meilleur en tant que lanceur. Je laissais le reste entre les mains des Phillies », affirme-t-il.

Samedi, Therrien a très bien performé lors de son baptême dans les majeures. Il n’a pas accordé de point et a retiré un frappeur sur trois prises en une manche de travail. Sa famille avait fait le voyage à Philadelphie afin d’être là pour les débuts du lanceur dans l’uniforme des Phillies.

« Quand l’entraîneur m’a appelé dans l’enclos des releveurs, c’était comme: "Let’s go, c’est à mon tour de montrer ce que je suis capable de faire." J’étais juste heureux. Et même en courant vers le monticule pendant la partie. C’est ça que je veux faire depuis que je suis jeune, alors ce n’est pas un moment stressant. C’est un moment heureux », dit-il.

Le Québécois a cependant été rattrapé par la réalité à sa deuxième rencontre dans les majeures lundi. Arrivé dans le match avec une avance de 6-1 en septième manche, Therrien a accordé un circuit de deux points, un double et un but sur balles.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jesen Therrien

Une deuxième rencontre plus difficile pour Jesen Therrien

Photo : Getty Images / Hunter Martin

« Il faut minimiser les erreurs en tant que lanceur. Il faut que je sois capable d’exécuter un lancer à la fois, de lancer où je veux dans la zone parce que les frappeurs dans les majeures ont plus d’expérience. Ils sont capables de s’ajuster plus rapidement », explique-t-il.

« J’ai raté des lancers. J’ai raté un lancer à zéro balle et deux prises et ça m’a fait mal. Le frappeur a réussi un coup de circuit sur ma glissante. Pour la prochaine fois, je dois arriver plus agressif et de ne pas permettre au premier frappeur de se rendre sur les buts », ajoute-t-il.

L’occasion est belle pour Jesen Therrien parce que les Phillies de Philadelphie présentent la pire fiche du baseball majeur avec 39 victoires et 64 défaites.

« Pour moi, l’important est d’avoir l’opportunité de lancer le plus souvent possible. Il faut que je prenne le plus d’expérience possible, surtout qu’il reste deux mois à la saison. C’est vraiment d’aller sur le monticule, de donner mon 100 % et de rester le type de lanceur que je suis », indique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !