•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Barreau ontarien revoit ses pratiques avec les Autochtones

L'ancien chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Ovide Mercredi
L'ancien chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Ovide Mercredi Photo: CBC
Radio-Canada

L'ancien chef national de l'Assemblée des Premières Nations Ovide Mercredi a été mandaté par le Barreau du Haut-Canada pour revoir ses pratiques auprès des Autochtones.

En plus de l’ancien chef, un groupe de sept personnes sera aussi amené à proposer des ajustements quant à la manière dont sont traités les enjeux autochtones.

Il sera notamment question « des différences qui existent entre les perspectives autochtones concernant la résolution de conflits » et de l’intégration « des perspectives autochtones dans les processus de plaintes, d’enquête, de discipline du Barreau et des procédures du Tribunal », a annoncé l’organisme qui régit le travail des avocats en Ontario.

« Tout le système judiciaire a beaucoup à apprendre sur la manière d'accommoder les peuples autochtones, a indiqué en entrevue à CBC le trésorier du Barreau du Haut-Canada, Paul Schabas. Cela dépasse même ce que nous faisons au Barreau. »

Cette révision survient à la suite de plusieurs plaintes de victimes des pensionnats qui auraient été mal conseillées par un avocat de Kenora, Doug Keshen.

Une saga judiciaire s’en est suivie, et le Barreau s’est mis à enquêter sur l’avocat qui a répliqué en poursuivant l’organisation. Le tout s’est terminé en avril dernier, lorsque les deux parties se sont entendues pour que le travail de Me Keshen soit, à l’avenir, étroitement surveillé par le Barreau. Une décision qui n’a pas plu aux victimes présumées de l’avocat.

« Après l’histoire de Keshen, il m’apparaissait évident que nous avions beaucoup appris et que nous avions encore beaucoup de travail à faire pour mieux gérer ce genre de situation », explique Paul Schabas.

Le groupe soumettra ses recommandations au début de l’année 2018.

 
Avec les informations de CBC

Autochtones

Société