•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations demandent un plus grand rôle dans la lutte contre les feux en C.-B.

Épaisse fumée et cendres après le passage d'un feu de forêt à Princeton en Colombie-Britannique en juillet 2017.
Épaisse fumée et cendres après le passage d'un feu de forêt en Colombie-Britannique en juillet 2017. Photo: Radio-Canada / Peter Scobie
Radio-Canada

Des Premières Nations touchées par les incendies de forêt en Colombie-Britannique demandent un financement comparable aux autres groupes d'intervention d'urgence et une reconnaissance de leur expertise dans la lutte contre les feux.

L’Assemblée des Premières Nations a adopté une résolution à son assemblée générale annuelle cette semaine à Regina, demandant de mettre fin aux conflits juridictionnels entre les différents ordres de gouvernements, qui influent sur la capacité des communautés autochtones à répondre aux feux qui font rage sur leurs terres.

La chef Judy Wilson, de la bande indienne de Neskonlith, soutient que les Premières Nations doivent être impliquées activement dans la négociation d’ententes pour assurer que les pompiers autochtones et autres fournisseurs de services obtiennent la même reconnaissance que les autorités provinciales et régionales.

« Ce sont des travailleurs de première ligne qui doivent être reconnus au même titre que les autres pompiers, et aussi avoir les ressources appropriées », dit-elle.

Elle ajoute que de nombreux plans d’urgence et règlements de gestion forestière ont été établis par les gouvernements sans consulter les Premières Nations. « Si la discussion et les changements pouvaient avoir lieu, tout le monde en bénéficierait, parce qu’en fin de compte, c’est pour protéger les gens et les terres », souligne-t-elle.

Un nouvel accord de dix ans entre la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral est entré en vigueur le 1er avril, octroyant 30 millions de dollars pour améliorer la prestation des services de soutien de gestion des urgences dans les réserves.

Robert Turner, de Emergency Management BC, affirme que cette entente, soutenue par le Conseil des leaders des Premières Nations, va améliorer la gestion des urgences dans les réserves avec plus de ressources pour la planification, la formation et la sensibilisation du public.

À la réunion annuelle de l’Assemblée des Premières Nations cette semaine, le ministre fédéral de la Sécurité publique Ralph Goodale a pour sa part dit être inquiet d’avoir entendu des histoires de « confusion et de tumulte » entre les gouvernements et les Premières Nations pendant la récente crise des feux.

« Ce n’est pas acceptable. Nous devons avoir des protocoles élaborés et en place bien à l’avance, pour que lorsque des désastres comme celui-ci se produisent, la réponse soit [...] totalement efficace. »

Avec des informations de Linda Givetash et Jennifer Graham, La Presse canadienne

 
Avec les informations de La Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Incidents et catastrophes naturelles