•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Cultiver la confiance » : des légumes en vente libre sur l’île d’Orléans

Les consignes et les prix sont écrits sur une ardoise dans La p'tite cabane de la Ferme Poulin-Turcotte

Les consignes et les prix sont écrits sur une ardoise dans La p'tite cabane de la Ferme Poulin-Turcotte

Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis le début du mois de juillet, un petit kiosque de légumes pique la curiosité des passants à Sainte-Famille sur l'île d'Orléans. Dans la cabane en bois d'à peine quelques mètres carrés, il n'y a pas de vendeur : les gens calculent eux-mêmes leur facture. « Ici, on cultive aussi la confiance », ont écrit les propriétaires.

Un texte d'Alexandre Duval

À « La p’tite cabane », sur le chemin Royal, tout le concept repose sur l’honnêteté de la clientèle. La copropriétaire de la Ferme Poulin-Turcotte l’admet : elle ne tient pas un inventaire rigoureux de ses légumes en vente libre.

« À l'oeil, ça balance et je me dis que si quelqu'un part avec des légumes sans payer, c'est parce qu'il en avait vraiment besoin! », lance tout doucement Marjolaine Turcotte.

La p’tite cabane a été construite sur un coup de tête. Au début de l’été, Marjolaine Turcotte croyait livrer des paniers de légumes à 200 familles, mais ce sont plutôt 175 abonnements qu’elle a enregistrés.

Il lui restait donc un surplus de légumes à écouler. « Il fallait trouver un plan B », dit-elle. En juin, le temps commençait à presser.

Les propriétaires de la Ferme Poulin-Turcotte et La p'tite cabane
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les propriétaires de la Ferme Poulin-Turcotte et La p'tite cabane

Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Souvenir d’un reportage vu à la télé

C’est là qu’elle s’est souvenue d’un reportage de Radio-Canada qui traitait de la vente des produits maraîchers en libre service. En 2013, l'émission L'épicerie avait notamment abordé le phénomène déjà bien implanté au Vermont.

« Je vais paraphraser mon chum : on a fait un shift de nuit [pour arriver à implanter la cabane]! On a travaillé vraiment fort pour s'adapter. »

— Une citation de  Marjolaine Turcotte, copropriétaire de la Ferme Poulin-Turcotte
La Ferme Poulin-Turcotte mise sur l'honnêteté du public avec son kiosque de légumes en vente libre.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Ferme Poulin-Turcotte mise sur l'honnêteté du public avec son kiosque de vente libre de légumes

Photo : Radio-Canada

L’idée était aussi porteuse pour la Ferme Poulin-Turcotte pour des raisons logistiques. « On fait toutes les opérations de l'entreprise [...] Pour nous, ce n'était pas une option d'être là pour répondre aux gens. »

Une cabane qui fait des heureux

Depuis l’ouverture de La p’tite cabane, le 7 juillet, les curieux ont été nombreux à s’y arrêter. Si l’absence d’un vendeur peut être intrigante de prime abord, les consignes sont simples et clairement écrites sur une ardoise à l’intérieur.

« Choisissez vos produits; calculez votre facture; glissez le montant juste en argent comptant dans la boîte près de la porte. »

Le concept semble plaire aux clients rencontrés par Radio-Canada. « Je trouve ça génial. C'est facile d'arrêter et prendre quelque chose dont on a besoin à la maison! », dit Marie-Michelle Simard.

« Je trouve ça vraiment extraordinaire. Ça me convient énormément. En fait, je viens ici avant d'aller à l'épicerie alors je suis sûre d'avoir des légumes de qualité! »

— Une citation de  Réjeanne Camirand, cliente
Réjeanne Camirand fait ses emplettes à La p'tite cabane
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Réjeanne Camirand fait ses emplettes à La p'tite cabane

Photo : Radio-Canada

Outre les paiements, Marjolaine Turcotte retrouve souvent des délicatesses dans la boîte de paiement.

« En plus de la caisse, en fin de journée, on reçoit de beaux petits mots! »

Une année de défis

Marjolaine Turcotte affirme que son surplus de légumes à écouler à La p’tite cabane est moins grand qu’elle l’avait prévu au début de la saison. C’est la faute de Dame Nature.

« Le temps humide et froid était propice aux maladies. Comme on cultive sans pesticide, ça a donné une surcharge de travail. »

— Une citation de  Marjolaine Turcotte, copropriétaire de la Ferme Poulin-Turcotte

« Il a fallu faire de la taille dans nos plants de tomates, entre autres, pour assurer une bonne aération. »

Malgré tout, son offre répond à la demande actuelle. « Quand vous passez sur l’île, arrêtez voir notre P’tite cabane! ».

D'après les informations de Marie Maude Pontbriand.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !