•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau projet de collaboration entre Windsor et Détroit

L'entrée du tunnel entre Windsor et Détroit, côté canadien.
Windsor et Détroit veulent développer ensemble la technologie qui permettra aux véhicules automatisés de circuler sans problème dans le tunnel qui relie les deux villes frontalières. Photo: Radio-Canada / Caroline Bourdua

Windsor et Détroit veulent travailler ensemble en vue d'accueillir les véhicules automatisés dans le tunnel. Le maire de Windsor Drew Dilkens estime que sa ville est l'endroit idéal pour tester les technologies qui assureront la sécurité lors du déplacement de véhicules automatisés dans le tunnel menant à Détroit.

Un texte de Caroline Bourdua

Les deux villes vont travailler de paire pour examiner les embuches associées à ce projet futuriste qui est déja testé dans d'autres municipalités en Ontario.

Le maire Drew Dilkens compte notamment sur le nouveau programme des véhicules connectés et automatisés (VCA) pour payer les coûts rattachés aux études et essais de technologies dans le tunnel reliant Windsor et Détroit.

Le maire Drew Dilkens croit que Windsor peut jouer un rôle essentiel dans le développement des technologies frontalières nécessaires pour la circulation de véhicules automatisés.Le maire Drew Dilkens croit que Windsor peut jouer un rôle essentiel dans le développement des technologies frontalières nécessaires pour la circulation de véhicules automatisés. Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

« Nous aimerions aller chercher 80 millions de dollars sur 5 ans », a indiqué le maire Dilkens.

Kathleen Wynne a d'ailleurs rencontré vendredi le maire et son conseil municipal lors d'une visite à Windsor et M. Dilkens a profité de l'occasion pour aborder le sujet.

Récemment, l'Ontario et l'état du Michigan ont signé un protocole d'entente qui voit la création d'un groupe de travail visant à augmenter la collaboration et la compétitivité des deux entités.

La ville de Windsor croit qu'elle est bien placée pour offrir une expertise et un site d'essai de véhicules automatisés qui traverse une frontière, dans un tunnel.

C'est une occasion unique entre les deux pays, selon M. Dilkens.

Le ministre des Transports Steven Del Duca participera d'ailleurs lundi à Windsor à une démonstration de véhicule automatisé qui traverse la frontière et signera aussi une entente de partenariat avec Kirk Steudle, directeur du département des Transports du Michigan à Traverse City, dans cet état américain.

Le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique Navdeep Bains sera également présent.

Plusieurs embuches à surmonter

Un premier essai a été réalisé dans le tunnel reliant Windsor et Détroit, mais quelqu'un guidait le véhicule à l'intérieur, a-t-on expliqué lors du point de presse vendredi.

Le professeur Peter Frise de l'Université de Windsor.Le professeur Peter Frise croit qu'il s'écoulera encore bien des années avant que la technologie soit au point pour assurer la sécurité des voitures automatisés dans le tunnel. Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

« Nous tentons de mettre le doigt sur les divers problèmes à contourner pour assurer qu'un véhicule automatisé puisse passer la frontière par le tunnel sans incident », explique le professeur Peter Frise du Centre d'excellence en ingénierie automobile à l'Université de Windsor.

Les problèmes décelés jusqu'à présent:

  • deux pays divisés par une rivière et joints par un tunnel et bientôt deux ponts
  • lois, politiques et règlementations différentes entre le Canada et les États-Unis
  • systèmes électriques distincts des deux côtés de la frontière
  • téléphonie cellulaire distincte
  • signal cellulaire intermittent dans le tunnel

Si par exemple notre réseau cellulaire fonctionne et que celui des Américains tombe en panne, quels seront les repères du véhicule automatisé?

Peter Frise, Centre d'excellence ingénierie automobile Université de Windsor

« C'est important que tout se déroule bien à la frontière et que nos deux pays soient prêts en même temps pour accueillir la technologie » dit le professeur Frise.

Il rappelle que le véhicule automatisé qui traverse devra être en mesure de faire le changement entre la technologie canadienne et la technologie américaine.

Traverser le tunnel en véhicule autonome n'est toutefois pas pour demain, selon le chercheur qui croit qu'il faudra au moins de 5 à 10 ans avant que cela ne se réalise.

Windsor

Politique américaine