•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le processus de nomination d'un nouveau commissaire aux langues officielles reprend à Ottawa

La Tour de la Paix, à Ottawa, se découpe sur le ciel.

Un drapeau du Canada flotte au vent, sur la colline du Parlement, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ottawa a rouvert, vendredi, le processus pour nommer un nouveau commissaire aux langues officielles.

Le gouvernement promet plus de consultation avec l'opposition en amont. Il a envoyé une lettre à ce sujet aux chefs des partis reconnus.

« Les chefs des partis d'opposition ont été informés [jeudi] de la relance du processus. Les groupes qui ont participé aux consultations pancanadiennes [sur les langues officielles] l'an dernier ont été consultés aussi pour qu'ils encouragent des candidats qualifiés à se manifester », confirme Sean Casey, député fédéral de Charlottetown et secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien.

Un comité de sélection commencera à examiner les candidatures le 16 août.

La Chambre des communes et le Sénat doivent par ailleurs approuver cette nomination.

« On espère que [le processus] va être mieux accepté et qu'on va trouver un bon candidat. »

— Une citation de  Sean Casey, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien

Par ailleurs, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, « ne va pas interviewer les candidats », comme elle l'a fait pour quelques finalistes lors de la première ronde de sélection, insiste Sean Casey dans une entrevue à Radio-Canada, vendredi, en marge du dévoilement d'une plaque historique à Scotchfort, à l'Île-du-Prince-Édouard.

En juin dernier, l'ex-députée provinciale Madeleine Meilleur avait retiré sa candidature à ce poste après que le gouvernement eut été critiqué pour avoir nommé une ancienne ministre libérale de l'Ontario.

Les candidats potentiels qui ont déjà déposé leur candidature seront contactés pour savoir s'ils sont toujours intéressés pour cette fonction.

Le salaire offert est de 314 100 $.

Entre-temps, le mandat de la commissaire aux langues officielles par intérim, Ghislaine Saikaley, a été prolongé jusqu'au 17 octobre ou jusqu'à ce qu'un nouveau commissaire soit nommé. Le mandat de Graham Fraser s'est terminé en décembre.

Avec les informations de Philippe-Vincent Foisy et François Pierre Dufault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !