•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stationnement accessible : John Tory presse la province de renforcer les règles

le logo qui se trouve sur place pour personnes handicapées

Le maire de Toronto, John Tory, demande un renforcement des règles pour attribuer des places aux personnes handicapées.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bien que les places de stationnement pour personnes handicapées ont pour mission de rendre la ville plus accessible, le maire de Toronto estime que plusieurs abusent du système. Le conseil municipal demande à la province de resserrer les règlements entourant l'attribution de ces permis.

« Nous devons renforcer les règles afin de nous assurer que le public les comprend », a-t-il déclaré.

Si la Ville peut punir les utilisateurs fautifs, c'est la province qui est responsable de donner les permis.

Le problème des abus a déjà été examiné par le conseil municipal ainsi que la Commission des services de police de Toronto. Cette dernière se penche, jeudi, sur un rapport détaillant l'utilisation abusive et frauduleuse de ces espaces.

Le maire de Toronto, John ToryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Tory affirme qu'il y a des personnes qui abusent du système en demandant un permis de stationnement accessible sans en avoir réellement besoin.

Photo : Radio-Canada / Martin Trainor

Les gens fabriquent de faux permis ou en obtiennent pour de fausses raisons.

John Tory, maire de Toronto

Wendy Murphy se déplace depuis 33 ans en fauteuil roulant et elle aussi remarque ces abus, partout dans la ville. Elle explique que les places de stationnement pour personnes handicapées sont souvent occupées par des gens qui n'en ont pas nécessairement besoin.

« C'est frustrant pour moi, parce que je ne peux pas me garer », déplore-t-elle.

Cela n'a pourtant pas toujours été le cas, selon elle, et il y a quelques années les places étaient beaucoup plus accessibles. « Maintenant le système ne fonctionne plus », juge-t-elle.

Selon un récent rapport, l'Unité de l'exécution du stationnement a noté une augmentation de 40 % du nombre de plaintes déposées en cas d'abus de permis de stationnement pour personnes handicapées entre 2014 et 2015.

Prendre modèle sur New York

Le conseiller municipal Joe Mihevc a aussi demandé à la Ville de Toronto de réprimer plus sévèrement l'utilisation illégale de ces permis de stationnement destinés aux personnes handicapées.

En entrevue avec CBC, il a affirmé que certaines personnes utilisent des permis obtenus de façon légale par un membre de leur famille ou par un ami, alors qu'ils n'en ont pas besoin. De la même manière, il explique que d'autres obtiennent leur permis de stationnement de façon frauduleuse en faisant pression sur leurs médecins ou en réalisant des photocopies aux couleurs du permis.

Selon Joe Mihevc, un système comme celui utilisé dans la ville de New York pourrait fonctionner à Toronto. Dans la ville américaine, c'est une société indépendante qui évalue les demandes de permis.

Le conseiller  Joe Mihevc lors d'une conférence de presse à Toronto, tandis qu'il parle aux journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller Joe Mihevc a demandé à la Ville de réprimer plus sévèrement l'utilisation illégale de permis de stationnement accessible.

Photo : Radio-Canada / Mike Smee

Il s'agit vraiment de protéger les personnes handicapées.

Joe Mihevc, conseiller muncipal

Le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, estime lui aussi que le système mis en place à New York pourrait être un bon exemple à suivre.

Parmi les solutions envisagées, la Ville et le Service de police de Toronto évoquent la possibilité qu'un deuxième médecin doive approuver toute demande de vignette. Sur celle-ci devrait également figurer une photo d'identité du titulaire légitime, afin d'éviter les fraudes.

Avec des informations de CBC et de Natasha MacDonald-Dupuis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !