•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une caméra d'espionnage de la CIA identifiée à Moncton, 55 ans après sa découverte

David McPherson, la boîte blanche et le major E. W. Flewelling

David McPherson père en 1962, juste avant que l'objet mystérieux soit enlevé à la famille de Moncton. Il est accompagné du major de l'armée canadienne E. W. Flewelling.

Photo : Contribution/David McPherson Jr.

CBC

Une découverte mystérieuse rendait une famille de Moncton perplexe depuis 55 ans, mais l'affaire a été élucidée mardi. Une boîte blanche trouvée dans la forêt en 1962 s'est révélée être une caméra de la CIA, l'Agence centrale de renseignement américaine, utilisée lors d'une opération d'espionnage ciblant la Russie soviétique.

Grâce à des documents américains déclassifiés provenant de la CIA et de l'Agence de sécurité nationale (NSA), on sait maintenant que la caméra a servi lors d’un projet de reconnaissance secret à l’époque de la guerre froide.

Attachées à un ballon, ces caméras devaient se rendre jusqu'à l’Union soviétique pour y prendre secrètement des photos.

« Ils ne pouvaient pas nous dire ce que c’était »

Le père de David McPherson Jr. a découvert cette boîte blanche dans les bois de Lutes Mountain, près de Moncton, il y a 55 ans. Le bûcheron a utilisé un bulldozer pour faire un chemin jusqu’à l’objet, et l’a traîné jusqu’à sa grange.

L'armée canadienne a saisi l'objet peu de temps après. Malgré deux demandes d’accès à l’information, faites par la famille au département américain de la Défense, personne n’a voulu révéler son origine.

David McPherson Jr.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David McPherson Jr., le fils du bûcheron qui a découvert la boîte blanche en 1962.

Photo : Radio-Canada / CBC/Shane Fowler

« Ces lentilles énormes, le secret qui l’entourait et maintenant, avec du recul, l’armée n’avait sûrement pas le choix. Ils ne pouvaient pas nous dire ce que c’était », dit David MacPherson Jr.

Des internautes élucident le mystère

Le mystère planait toujours sur cette boîte blanche mardi, quand CBC a publié une vidéo sur sa page Facebook.

Le public n’a toutefois pas tardé à enquêter.

Parmi les commentaires, des liens au Musée de l’électronique et des communications militaires de l’Ontario et des documents déclassifiés de la CIA montraient des photos d’une « gondole AN/DMQ-1 ». Celles-ci ressemblaient grandement la découverte faite par le père de David McPherson Jr. en 1962.

Une boîte mystérieuse dans les boisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'objet mystérieux a été découvert dans la forêt de Lutes Mountain, près de Moncton, il y a 55 ans.

Photo : Radio-Canada / Contribution/David McPherson Jr.

Les documents de la CIA indiquent que ces caméras secrètes faisaient partie du Project Genetrix, un plan approuvé par le président Dwight D. Eisenhower dans le contexte de la guerre froide. Il était destiné à espionner l’Union soviétique et la Chine communiste à la fin des années 1950.

« Si ça provient de ce projet, je ne serais pas surprise que le vent l’ait accidentellement emporté au Canada », dit Annette Gillis, conservatrice au Musée de l’électronique et des communications militaires de l’Ontario.

« Ça expliquerait pourquoi la famille n’a jamais eu d'informations à son sujet. »

Quelle information dans l'appareil?

David MacPherson Jr. est intrigué par la découverte, mais il aurait aimé que ses parents soient encore là pour savourer le moment.

« Mon père aurait été partout en disant : “Je t’avais dit! Je t’avais dit!” Il aurait été plutôt excité. »

James Rogers était avec David McPherson quand il l’a aidé à sortir une caméra d’espionnage de la forêt, sans le savoir. Il avait 19 ans à l’époque.

James Rogers, David McPherson et un bulldozer, en 1962Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

James Rogers (à gauche) avait 19 ans quand il a aidé David McPherson père à traîner l'objet chez lui. Ils ont utilisé ce bulldozer pour faire un sentier dans les bois.

Photo : Contribution/David MacPherson Jr.

« Je n’ai jamais pensé que c’était un ballon météorologique », dit-il, sceptique de la réaction qui entourait l’objet à l’époque. « Sinon, ça n’aurait pas été un aussi grand secret. »

Même s’il connaît aujourd’hui la nature de l’objet, il demeure curieux.

« Je veux savoir ce qu’il y avait sur la caméra. Je soupçonne qu’il y a des films là dedans, ça serait intéressant de savoir quel genre de photos elle prenait. »

James RogersAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

James Rogers a 74 ans aujourd'hui. Il n'a jamais cru les médias de l'époque, qui parlaient de la mystérieuse boîte blanche comme si c'était un ballon météorologique.

Photo : Radio-Canada / CBC/Shane Fowler

Un exercice militaire?

Certains doutent que l’appareil ait pris des photos d’espionnage. Luis Pacheco est un passionné des ballons. Il archive et catalogue les différents lancements depuis l’invention des ballons stratosphériques, sur son site web stratocat.com.ar.

« Si c’était l’une de ces caméras perdues [...], qui ont traversé l’espace aérien soviétique et chinois, tout en survivant un voyage à travers le Pacifique, elle aurait été de couleur orange », a indiqué Luis Pacheco dans un courriel à CBC.

Il explique que les vraies boîtes contenant du matériel d’espionnage étaient peintes orange pour être plus facilement retrouvées après l’atterrissage. L’archiviste suggère que la boîte retrouvée à Moncton aurait pu être lancée en tant qu’exercice en 1955, de la base militaire Lowry Air Force, au Colorado.

D'après un texte de Shane Fowler, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers