•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est Murray Sinclair, enquêteur des services policiers à Thunder Bay?

Le sénateur pose dans les corridors du parlement

Portrait de sénateur et de l'ancien juge à la retraite Murray Sinclair

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Nommé par la Commission civile de l'Ontario sur la police (CCOP) comme enquêteur indépendant, l'honorable Murray Sinclair a consacré sa vie aux Autochtones et à la justice. Il doit faire la lumière sur la surveillance exercée par la police et la confiance du public envers les autorités à Thunder Bay, dans le Nord de l'Ontario.

Un texte de Natacha Lavigne

Le sénateur Sinclair a été le premier juge autochtone nommé au Manitoba et le deuxième au pays. Il a oeuvré pendant plus de 25 ans au service judiciaire manitobain.

Les faits saillants de son parcours professionnel

  • Il devient juge en 1988 à l’âge de 37 ans.
  • Il est nommé coprésident de l’Enquête publique sur l’administration de la justice et les peuples autochtones au Manitoba dans la même année. Le rapport conclut en 1991 qu’il existe un racisme généralisé au sein de l’administration de la justice criminelle dans la province.
  • En 1995, il préside la Commission d’enquête sur les chirurgies cardiaques pédiatriques, après la mort de 14 enfants ayant subi une chirurgie cardiaque. Le juge Sinclair conclut en 2000 qu’au moins 10 des 12 décès auraient pu être évités, si les victimes avaient reçu les traitements adéquats.
  • Le juge est nommé en janvier 2001 à la Cour du Banc de la Reine du Manitoba, le plus haut tribunal de première instance de la province.
Les deux hommes s'échangent une poignée de main et se regardent droit dans les yeux

Murray Sinclair et le premier ministre Justin Trudeau au moment du dévoilement du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, en décembre 2015.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

  • En 2007, il refuse d’abord de présider la Commission de vérité et réconciliation (CVR) visant à produire un récit sur l’histoire des pensionnats autochtones au pays, car ses parents et grands-parents y ont été envoyés. Il accepte finalement de la présider en 2009.
  • Le rapport publié en 2015, de plus de 2 millions de mots, révèle les abus systématiques d'enfants dans les pensionnats. Murray Sinclair parle de « génocide culturel ».
  • Il fait son entrée dans la chambre haute du Parlement du Canada en 2016 en devenant le 16e sénateur autochtone du pays.

La Nation Nishnawbe Aski satisfaite de cette nomination

Le grand chef Alvin Fiddler de la Nation Nishnawbe Aski accueille le choix de la CCOP de nommer Murray Sinclair comme enquêteur chargé d’investiguer sur la Commission des services policiers à Thunder Bay.

Nous avons soulevé de sérieux problèmes concernant les actions du Service de police de Thunder Bay de même que sa surveillance civile [...] nous sommes consternés par le dysfonctionnement de la Commission des services policiers et nous sommes ravis [...] des mesures rapides et significatives prises pour remédier à cette crise de confiance.

Alvin Fiddler, grand chef de la Nation Nishnawbe Aski

La Commission civile de l’Ontario sur la police s’interroge sur la capacité des services policiers de la Ville à « répondre aux préoccupations soulevées par des dirigeants autochtones concernant la série de décès » dans leurs communautés.

Elle va aussi examiner les préoccupations du public concernant le « racisme systémique » et les accusations criminelles déposées contre le chef de police Jean Paul Levesque et le maire Keith Hobbs.

Le rapport final de l’enquête est attendu d’ici le 31 mars 2018.

Nord de l'Ontario

Autochtones