•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'attente pour l'accès à des soins de longue durée encore plus longue dans le Nord-Est

Un couloir dans un établissement de soins longue durée

Des aînés de l'Ontario pourraient devoir attendre encore plus longtemps avant d'avoir accès à un centre de soins de longue durée.

Photo : Radio-Canada

CBC

Les personnes âgées du Nord-Est de l'Ontario devront s'armer de patience. La fermeture du centre d'accueil Lady Isabelle augmente le temps d'attente pour l'admission en foyer de soins de longue durée.

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MSSLD) de l’Ontario a annoncé la fermeture de l’établissement de Trout Lake, au sud de North Bay, la semaine dernière (Nouvelle fenêtre).

Au total, 66 patients bénéficiaient de ces services et sont donc dorénavant à la recherche d’une nouvelle résidence.

C’est évident, on a besoin de plus de lits.

Candace Chartier, directrice générale, Ontario Long Term Care Association

Le MSSLD précise que ces patients recevront une aide « prioritaire » dans leur recherche. Cela signifie que les 1800 personnes sur la liste d’attente pour obtenir un des 5052 lits dans le Nord-Est de l’Ontario devront attendre davantage, de sorte qu'on puisse accommoder les patients délogés.

Toutefois, aucun foyer dans la région n’a de place pour accueillir plus de patients.

Temps d’attente actuel : 124 jours

Selon la directrice générale de l'association, si le gouvernement n’ajoute pas de lits dans la province, les patients « devront vivre dans leur maison », et ce, même s’ils ont besoin de « plus que ce que les soins à domicile peuvent leur fournir ».

Candace Chartier ajoute que 40 % des résidences en Ontario ont besoin d’être réaménagées.

« Ça veut dire qu’elles ont plus de 30 ans [...] la province a un programme en place, ce qui est très encourageant, mais c’est tout une question de temps », affirme-t-elle.

Pour sa part, la députée de Nickel Belt, France Gélinas, s’inquiète du fait d’inscrire plus de 60 nouvelles personnes sur la liste d’attente.

« Notre filet de secours, celui qui nous attrape quand une partie du système échoue, c’est notre hôpital », soutient-elle.

Cela aura comme effet, selon Mme Gélinas, d’engorger davantage les hôpitaux déjà débordés, et donc d’augmenter les retards et les opérations annulées.

Nord de l'Ontario

Santé publique