•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie d'employés dans les restaurants de la Gaspésie et des Îles

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une serveuse et des clients dans un restaurant

Dans le Pub St-Joseph, dans l'Hostellerie Baie-Bleue à Carleton-sur-Mer

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le secteur de la restauration est frappé par une forte pénurie de main-d'œuvre en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Certains établissement ont même été contraints de fermer quelques jours par semaine en raison de la pénurie d'employés. C'est notamment le cas à Carleton-sur-Mer et à Cap-aux-Meules.

Le reportage d’Isabelle Larose

Les vacances de la construction sont à peine commencées que déjà certains restaurateurs sont à bout de souffle, faute de main-d'œuvre.

La pénurie de main-d'oeuvre touche notamment le nouveau bistro La Talle de Carleton-sur-Mer. Le chef propriétaire, Alexandre Lapierre, est forcé de fermer son restaurant trois jours par semaine, faute d'aides-cuisiniers qualifiés.

« Plus le menu est pointu, plus il y a de la technique, plus c'est dur de trouver quelqu'un. Donc j'aime mieux fermer que de mettre quelqu'un qui n'est pas à l'aise derrière les poêlons », explique Alexandre Lapierre.

Alexandre Lapierre, chef propriétaire du bistro La Talle de Carleton-sur-MerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alexandre Lapierre, chef propriétaire du bistro La Talle de Carleton-sur-Mer

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Ils sont tous casés, ils ont tous une job, je ne pense pas qu'il y ait un seul cuisinier en Gaspésie qui est chez lui et qui cherche de la job.

Alexandre Lapierre, chef propriétaire de La Talle

La situation est aussi problématique aux Îles-de-la-Madeleine. Les restaurants Subway et A&W de Cap-aux-Meules seront fermés les lundis, et peut-être les mardis, au cours des prochaines semaines.

À l'Hostellerie Baie Bleue, il est également difficile de former une brigade complète en cuisine. Depuis quelques années, le propriétaire s'en remet à une demi-douzaine de stagiaires français pour prêter main-forte à son personnel.

« Il n'y a pas d'école de cuisine dans la Baie-des-Chaleurs. Il y en a à Rivière-du-Loup et Gaspé, mais les restaurants de ces villes absorbent tous les cuisiniers qui sortent de ces écoles. Alors, nous autres, dans la Baie-des-Chaleurs, on doit se tourner vers les grands centres », affirme le propriétaire de Hostellerie Baie Bleue, Stéphane Boudreau.

Baie-des-ChaleursAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Baie-des-Chaleurs

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Un défi démographique

La Gaspésie connaît jusqu'ici une saison touristique exceptionnelle, dans un contexte où la baisse démographique continue de raréfier la main-d'œuvre disponible. Une conjoncture particulière pour le sociologue Pierre-Luc Lupien.

« On a un bassin de population de 18-24 qui est le plus bas au Québec. Cette strate d'âge, c'est la plus basse au Québec, et c'est la plus élevée pour les 65 ans et plus. […] Ce qu'il y a de nouveau, c'est la conjoncture. C'est le fait que depuis deux années consécutives, il y a beaucoup plus d'affluence touristique », souligne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec