•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des potagers « intelligents » pour aider les agriculteurs

Alastair Monk et Ramon Dutta, cofondateurs de Motörleaf.

La technologie de Motörleaf permet de mesurer plus d’une douzaine de facteurs, comme la luminosité, le niveau d’eau, la température de l’air, le niveau d’acidité et la quantité de nutriments.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Radio-Canada

Que ce soit dans un garde-robe ou dans une serre de plusieurs acres, Motörleaf propose une solution clé en main pour améliorer la productivité de l'agriculture intérieure. Simple et intuitif, le potager « intelligent » développé par deux entrepreneurs de Sutton est à la portée de tous. Des écoles américaines l'utilisent déjà pour enseigner l'agriculture à leurs élèves.

Un texte de Thomas Lafontaine

« L’agriculture est une des plus vieilles industries, mais elle avait jusqu’à très récemment échappé aux nouvelles technologies », affirme d’emblée Alastair Monk, pdg et cofondateur de Motörleaf. C’est pour évoquer ce besoin de renouveau qu’il a nommé son entreprise en référence à Motörhead, un groupe pionnier du heavy metal.

Cet été, Radio-Canada Techno vous propose une série de portraits sur des jeunes entreprises innovantes d'ici qui tentent de changer le monde à leur façon. À découvrir tous les samedis!

Le système de Motörleaf, modulaire et sans fil, permet de mesurer plus d’une douzaine de facteurs, comme la luminosité, le niveau d’eau, la température de l’air, le niveau d’acidité et la quantité de nutriments. Une fois ces informations enregistrées, le système intervient auprès des plantes de façon automatisée et peut même prédire certains besoins.

Cette technologie ne cherche pas à remplacer les agriculteurs, mais plutôt à les libérer de certaines tâches.

« Le but de l’intelligence artificielle est de réaliser des calculs et des actions que les humains ne pourraient pas faire à chaque heure, chaque minute de leur journée », explique Alastair Monk.

Tirer avantage des conditions intérieures

Qu’elle soit verticale, aquaponique ou en serre, l’agriculture intérieure requiert beaucoup de temps et d’attention. Les deux cofondateurs connaissent bien cette réalité puisque c’est leur passion pour l’agriculture qui les a poussés à concevoir Motörleaf.

Mon partenaire d’affaires, Ramen Dutta, ne pouvait jamais partir en vacances avec sa femme et ses enfants. Il ne trouvait personne pour s’occuper de ses plants, alors il s’est mis à la recherche d’un système automatisé. Comme il n’en a pas trouvé, il a construit un premier prototype.

Alastair Monk, pdg de Motörleaf
Boîte bleu du système de Motörleaf accrochée à une serre domestique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Motörleaf est utilisé par les fermes verticales, les serres commerciales ou domestiques ainsi que par les établissements d’enseignement.

Photo : Motörleaf

En 2015, Ramen Dutta, ingénieur agricole de formation, fait équipe avec Alastair Monk, qui se spécialise en développement d’entreprises. Les deux hommes se connaissent déjà puisque leurs enfants vont à la même école, à Sutton.

Tout en gardant leur emploi à temps plein, ils consacrent à partir d’août 2015 leurs temps libres à peaufiner leur prototype. L’entreprise connaît ensuite une croissance qui, de l’avis de Monk, dépasse les attentes initiales plutôt modestes.

En avril 2016, après que leur candidature eut été l’une des six retenues parmi plus de 400, ils terminent le programme intensif de l’accélérateur de FounderFuel.

« L’accélérateur de FounderFuel est l’équivalent d’un MBA en startup, mais sur une période intensive de trois mois. Ça nous a permis de nous ouvrir les yeux sur à quel point on pouvait pousser notre technologie », explique Alastair Monk.

Conseils pour les jeunes entreprises innovantes

  • Savoir prioriser. « C’est le plus difficile, car chaque jour tu peux avoir 50 nouvelles opportunités. Et tu peux finir par t’éparpiller. »
  • Maintenir un enthousiasme pour la réalisation du plan de match. « Les idées sont faciles à avoir, mais leur réalisation est plus difficile et ennuyante. »
  • Mettre de côté son ego afin d’apprendre de ses erreurs et obstacles. « Quand tu gères une startup, tu es constamment en mode résolution de problèmes. Si tu n’as pas de problèmes, soit que tu es mort, soit que tu n’es pas dans une startup. »

Moins de deux ans plus tard, les deux cofondateurs ont réalisé leur souhait. Les produits de Motörleaf sont vendus depuis mars 2017 aux particuliers comme aux entreprises. Le kit de base du débutant est offert à partir de 600 $, tandis que les systèmes de serre peuvent atteindre plusieurs milliers de dollars.

Une agriculture à l’abri des intempéries

Motörleaf est à présent utilisé par des clients de tous les horizons : fermes verticales, serres commerciales ou domestiques, établissements d’enseignement et producteurs autorisés de cannabis médicinal.

La légalisation prévue du cannabis au Canada en juillet 2018 est intéressante pour l'entreprise, mais son avenir se situe ailleurs, selon Alastair Monk. « Notre développement repose avant tout sur la production de nourriture. »

L’industrie du cannabis a tout de même contribué fortement aux innovations technologiques en agriculture urbaine, ajoute-t-il. « Puisque la culture du cannabis était complètement illégale, les producteurs devaient souvent trouver des façons plus efficaces et subtiles de faire pousser des plantes à l’intérieur. »

Les innovations de Motörleaf, développées en toute légalité, soulageront et démocratiseront à coup sûr l’agriculture intérieure. Les producteurs amateurs ou professionnels n’avaient pas à se soucier des conditions extérieures; ils n’auront désormais plus à s'imposer une présence quotidienne auprès de leurs plants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Techno