•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des seringues souillées pour se faire entendre

Une dizaine de contenants remplis de seringues souillées et d'objets dangereux devant l'Hôtel de Ville de Moncton

Photo : Radio-Canada / Catherine Dumas

Radio-Canada

Cinquante mille, c'est le nombre de seringues qu'un groupe de bénévoles a retiré des parcs et des rues du Grand Moncton depuis sept ans.

Le groupe Needle Dogs Moncton a déposé, aujourd'hui, devant l'Hôtel de Ville de Moncton une dizaine de contenants remplis de seringues souillées et d'objets dangereux.

Ce groupe de bons samaritains veut rendre les rues du Grand Moncton plus sécuritaires. Un obstacle se dresse devant eux, ils ont de la difficulté à se débarrasser de ces contenants remplis d'objets dangereux.

Sherry MacEachern, porte-parole du groupe Needle Dogs Moncton explique :« Notre problème c'est que nos contenants ne contiennent pas seulement des seringues souillées, ils contiennent plusieurs objets utilisés par des toxicomanes ».

Sherry MacEachern, porte-parole de Needle Dogs Moncton

Sherry MacEachern, porte-parole de Needle Dogs Moncton

Photo : Radio-Canada / Catherine Dumas

Depuis décembre dernier, le Réseau de santé Horizon n'accepte plus les seringues souillées.

Les pharmacies reçoivent donc de plus en plus de seringues souillées. Dennis Abud, pharmacien et propriétaire des Jean Coutu à Dieppe, affirme qu’il doit maintenant débourser 3 000 $ par année pour se débarrasser des seringues.

Dennis Abud qui est aussi sur le conseil d'administration de l'association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick demande au gouvernement de mettre en place un programme comme il y a en Nouvelle-Écosse et dans d'autres provinces canadiennes.

Ils peuvent les amener à la pharmacie, les pharmacies vont les donner aux compagnies qui vont les chercher, mais ce n'est pas les pharmacies qui payent, c'est le gouvernement qui va payer à la fin, mais eux vont chercher l'argent des compagnies pharmaceutique.

Dennis Abud, pharmacien

Le gouvernement à la recherche d'une solution

Après une demande d’entrevue, le gouvernement a répondu par courriel : « Nous pouvons confirmer que la pratique visant à accepter des aiguilles usagées du public dans les hôpitaux n’est plus en vigueur. Le ministère de la Santé cherche présentement une solution qui permettrait aux résidents de se débarrasser de ces articles ».

Seringues souillées

Seringues souillées

Photo : Radio-Canada / Catherine Dumas

La Ville de Moncton

Pour ce qui est de la Ville de Moncton, elle assure que les employés qui font l'entretien des installations municipales sont responsables de ramasser les objets dangereux qu'ils voient sur les terrains de la Ville.

La ville rappelle aussi que Sida Moncton s'est muni d'une boîte de dépôt il y a quelques années.

D’après un reportage de Catherine Dumas

Nouveau-Brunswick

Société