•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment réagir lorsque l’on reçoit un appel frauduleux?

Un gros plan sur les mains d'un homme d'affaires en train de manipuler un téléphone intelligent.

Des escrocs prétendent être des représentants de l'Agence du revenu du Canada pour piéger leurs victimes.

Photo : iStock / Tatsianama

Radio-Canada

Des appels de fraudeurs se faisant passer pour un représentant de l'Agence du revenu du Canada ont fait plusieurs victimes au cours des derniers mois et continuent à être rapportés dans la région.

Ces tentatives de fraude ont des points communs : l’interlocuteur, souvent anglophone, adopte un ton hostile et presse ses victimes de payer une somme d’argent, faute de quoi le fraudeur menace de lancer un mandat d’arrestation contre elles. Or, il s’agit d’indices indiquant que la personne au bout du fil n’est pas liée à l’Agence du revenu.

« C’est certain que si vous recevez un appel de quelqu’un qui prétend être de l’Agence de revenu du Canada, qui utilise un ton menaçant et qui menace de vous arrêter, vous pouvez vous douter que c’est de la fraude, indique le porte-parole de l’Agence du revenu du Canada, Frédérick Fink. Ce n’est pas du tout une façon de faire de l’Agence du revenu du Canada. »

Une affiche de l'Agence du revenu du Canada met en garde les citoyens contre les appels frauduleux qu'ils pourraient recevoir.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une affiche de l'Agence du revenu du Canada met en garde les citoyens contre les appels frauduleux qu'ils pourraient recevoir.

Photo : Agence du revenu du Canada

La notion d’urgence est également un signe que l’appel ne provient pas d’une source fiable.

« Souvent, c'est ce dont les fraudeurs se servent pour faire un petit peu paniquer les gens, pour que les gens obtempèrent rapidement », ajoute la porte-parole de la Sûreté du Québec, Annie Thibodeau.

La Sûreté du Québec recommande de simplement mettre fin à l’appel ou de ne pas rappeler l’individu s’il laisse un message vocal.

« Les gens n’ont pas à s’inquiéter, il n’y aura pas de prélèvement qui va se faire ou quoi que ce soit, si les gens ne se sont pas fait voler leur identité », assure Annie Thibodeau.

En somme, les spécialistes recommandent d’ignorer ces messages et de les rapporter aux autorités policières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Société