•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thomas Nepveu, le futur Lance Stroll?

Thomas Nepveu, âgé de seulement 12 ans, affronte avec succès des pilotes souvent âgés de 15 et 16 ans.

Thomas Nepveu d'Oka, âgé de seulement 12 ans, affronte avec succès des pilotes souvent âgés de 15 et 16 ans.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Thomas Nepveu, d'Oka, n'a que 12 ans et il fait déjà parler de lui dans l'univers du karting en Amérique du Nord. Vice-champion du monde et champion de l'est du Canada l'an dernier, il se mesure maintenant à des pilotes âgés de 15 et 16 ans, avec succès.

Un texte de Francis Labbé

Floride, Nouvelle-Orléans, San Francisco, Rome : le jeune Thomas Nepveu multiplie les voyages pour vivre sa passion de pilote de karting. Déjà comparé à Lance Stroll, pilote québécois de l'écurie Williams en Formule 1, Thomas Nepveu fait sa marque sur les pistes.

L'an dernier, dans la catégorie Mini-Max, il est monté sur la deuxième marche du podium lors du Championnat du monde qui se tenait en Italie.

Toujours en 2016, alors âgé de 11 ans, il était le plus jeune pilote de l’équipe canadienne de karting à prendre part à la Coupe des nations. Il a aidé le Canada à arriver au 1er rang, une première depuis 2007. Soixante-dix pays sont représentés à cette compétition.

Thomas Nepveu a été sacré vice-champion du monde en 2016 dans la catégorie Mini-Max.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Thomas Nepveu a été sacré vice-champion du monde en 2016 dans la catégorie Mini-Max.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Très jeune

Dès l'âge de 4 ans, Thomas a grimpé sur une moto tout-terrain. « Thomas, à partir de 3 ans, était naturellement porté vers tout ce qui a un moteur. Ça ne va jamais assez vite », raconte Hugues Nepveu, son père.

Après un accident qui aurait pu être dramatique, la famille s'est ravisée et a cherché un bolide plus stable qui permettrait tout de même à Thomas de vivre sa passion de la vitesse. Il a commencé le karting à l'âge de 6 ans.

Thomas Nepveu a remporté une première course dans la catégorie Junior au début du mois de juin 2017.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Thomas Nepveu a remporté une première course dans la catégorie Junior au début du mois de juin 2017.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Chez les juniors

« Devant le succès que Thomas a obtenu chez les Mini-Max, nous avons décidé de le faire compétitionner dans la catégorie supérieure une année plus tôt. Les résultats sont là. Il est prometteur », confie Hugues Nepveu.

Cette année, contre des pilotes parfois plus âgés que lui de quatre ans, Thomas Nepveu a décroché une deuxième et une quatrième place en Floride, de même qu'une première position lors d'une tranche du Championnat de l'est du Canada.

S'il parvient à remporter une autre course cet été, Thomas pourrait obtenir un laissez-passer pour le Championnat du monde, qui aura lieu au Portugal en octobre prochain.

Hugues Nepveu, père de Thomas.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hugues Nepveu, père de Thomas.

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

Coûts élevés

Compétitionner à ces niveaux coûte toutefois très cher aux parents. « Chaque course au niveau élite nationale coûte environ 10 000 $. Nous allons faire 12 ou 13 courses par an. Faites le calcul », lance Hugues Nepveu.

« Nous sommes à la recherche de commanditaires. Nous voulons une entente à long terme avec des partenaires sérieux, qui seront intéressés à développer le projet de Thomas. »

— Une citation de  Hugues Nepveu, père de Thomas

Série DTM

Contrairement à Lance Stroll, Thomas Nepveu ne souhaite pas se diriger vers la Formule 1. « Mon but ultime, ce serait la série DTM (Deutsche Tourenwagen Masters) en Europe, composée de voitures de marque Mercedez, Audi et BMW », raconte Thomas Nepveu.

Si la tendance se maintient, il pourrait donc conduire des voitures de luxe extrêmement rapides avant même d'avoir son permis de conduire. Comme ce fut le cas pour un certain... Lance Stroll.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !