•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Spiritueux à base d'érable : un rêve devenu réalité pour un couple de Shefford

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Anna Lumière au piano

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Josée Métivier et Gérald Lacroix ont longtemps souhaité fonder leur propre distillerie artisanale. S'ils peuvent aujourd'hui dire mission accomplie, ils reconnaissent toutefois que leur projet s'est révélé plus complexe que prévu.

Josée Métivier avoue que le couple a dû surmonter quelques embûches sur son parcours. « C'est arrivé quelques fois qu'on se soit assis et on s'est dit : "Est-ce qu'on est fous? Est-ce qu'on arrête?" »

Malgré tout, le couple a gardé espoir : « Ç'a pris deux ans pour avoir tous les permis, c'est un long processus. Permis fédéral pour le droit de posséder un alambic. Après ça, juste s'installer ici, le règlement municipal ne l'autorisait pas, la transformation de produits distillés sur place, alors il a fallu que la Ville change son règlement », raconte Gérald Lacroix.

Gérald Lacroix et Josée MétivierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gérald Lacroix et Josée Métivier

Photo : Radio-Canada / Crédit photo : Ève Laroche

Le couple a voyagé jusqu'en Europe pour en apprendre plus sur les procédés de distillation. En juin dernier, ils ont suivi une formation de distillation avancée en Hollande. « Comment, avec l'alambic qu'on a, aller beaucoup plus loin que les produits traditionnels et explorer de nouvelles zones », explique Gérald Lacroix.

La Distillerie Shefford a vu le jour dans un tout nouveau bâtiment.

Les installations à la Distillerie SheffordAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les installations à la Distillerie Shefford.

Photo : Radio-Canada / Crédit photo : Ève Laroche

Des produits issus de l'érable

Également acériculteurs, Josée et Gérald ont décidé d'inclure leur érablière dans le projet. Ils souhaitent faire des spiritueux s'apparentant au rhum, mais dans lesquels la canne est remplacée par le sirop d'érable.

On s'est dit : "On va essayer de faire un produit qui est issu directement du sirop d'érable pour avoir quelque chose qui n'existe pas encore sur le marché".

Josée Métivier, acéricultrice

Selon Josée Métivier, dans la plupart des produits qui sont offerts actuellement sur le marché, on retrouve le sirop d'érable comme un ajout et non en tant que produit de base.

Bien que la production soit déjà en marche, il faudra attendre encore quelque mois avant de retrouver des bouteilles d'Acerum en magasin. « Là, ce qu'on essaie de faire, c'est de rentrer ces produits-là à la SAQ pour être sur les tablettes d'ici quelques mois. Ce qu'on veut, c'est amener les gens à venir nous visiter, goûter nos produits et acheter sur place comme ça se fait dans les cidreries et les vignobles », ajoute Gérald Lacroix.

Le couple prévoit l'ajout prochain d'une boutique et d'une terrasse. Le public devrait pouvoir visiter les installations de la Distillerie Shefford d'ici 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !