•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sprint final vers l’unification de la droite

Brian Jean à un rassemblement militant à Innisfail.

Brian Jean à un rassemblement militant à Innisfail.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que l'on connaîtra samedi les résultats du vote sur l'unification de la droite, les partis ont tenu cette semaine leurs derniers rassemblements visant à convaincre leurs partisans du bien-fondé de cette fusion.

Le Wildrose a organisé une série de rencontres un peu partout en province, dont une mercredi à Innisfail. Le chef Brian Jean est en faveur d'une union.

« Depuis le début du processus, j’ai répété que ce sont les membres qui décident. Je suis absolument convaincu qu'ils prendront la bonne décision, mais, bien sûr, je respecterai leur choix », a-t-il lancé.

Près de 50 000 membres sont inscrits auprès du Parti conservateur et 40 000 membres se sont inscrits au Wildrose pour pouvoir voter. Certains d'entre eux sont membres des deux partis, ce qui leur permettra de voter deux fois.

À Innisfail, les membres venus rencontrer Brian Jean paraissaient majoritairement soutenir la fusion. Ted Current croit qu'il s'agit du seul moyen de défaire le NPD. « Nous devons le faire. Nous ne voulons pas d’un autre gouvernement NPD », dit-il.

Peu de réponses si le vote ne passe pas

Il faut que 50 % des membres du Parti conservateur acceptent la fusion pour qu’elle se fasse. Le Wildrose doit obtenir 75 % d’approbations.

Si le cap est atteint chez les conservateurs, mais pas du côté du Wildrose, Brian Jean dit que les partis décideront à ce moment-là ce qu'il adviendra. « Je ne veux pas spéculer et je reste positif », a-t-il affirmé.

Selon lui, tous les députés du Wildrose le suivront si les membres votent pour la fusion.

Brian Jean a déjà affirmé que, si la fusion était acceptée, il démissionnerait de son poste pour se lancer dans la course à la direction du nouveau parti. Il affrontera l’avocat Doug Schweitzer et le chef du parti progressiste-conservateur, Jason Kenney. Le député du Wildrose Derek Fildebrandt a également exprimé qu'il réfléchissait à cette possibilité, mais n’a pas confirmé s’il serait candidat.

Les quelque 90 000 membres du Wildrose et du Parti progressiste-conservateur pourront voter en ligne, au téléphone ou en personne. Les résultats seront connus samedi en soirée.

Si la fusion passe, le chef du nouveau parti sera choisi le 28 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !