•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Parcourir le site d’Expo 67

Quels sont les droits de traduction sur les plateformes de contenus numériques? Marie-Hélène Lange s’entretient à ce sujet avec Christiane Asselin, directrice chez ICI TOU.TV.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Du 28 avril au 29 octobre 1967, des millions de personnes se donnent rendez-vous à Montréal, pour l'Exposition universelle. Découvrez ces moyens de transport futuristes qui ont permis aux visiteurs d'explorer les pavillons dispersés sur l'île Notre-Dame, sur l'île Sainte-Hélène et à la Cité du Havre.

Expo 67 a été conçue pour les piétons. Les organisateurs souhaitaient limiter la présence de véhicules sur le site. Ce montage d’archives de 1967 met en relief les différentes façons de se déplacer sur terre, dans les airs et sur l’eau.

L’Expo-Express, train léger, climatisé et autoguidé par ordinateur, était le principal moyen de transport. L’achat du passeport y donnait un accès illimité. Les minirails, par leur position surélevée, offraient une vue en plongée des lieux. La basse vitesse permettait aux passagers d’apprécier le paysage.

Sur l’eau, le vaporetto et la gondole accueillaient essentiellement les touristes. Deux aéroglisseurs naviguaient sur le fleuve Saint-Laurent et faisaient la navette entre la Cité du Havre et La Ronde.

D’autres moyens de locomotion avaient aussi leur place sur le site, tel le pedicap, un taxi-triporteur conduit par des employés endurants. La balade, un petit train sur pneumatiques, desservait les îles en transportant les voyageurs d’un point d’intérêt à l’autre.

L’Expo 67, qui marque le 100e anniversaire de la Confédération canadienne, demeure un succès d’envergure et un événement mémorable pour toute une génération.

Encore plus de nos archives 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.