•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Siemens ferme son usine de pales d'éoliennes en Ontario : 340 employés licenciés

L'usine de Siemens à Tillsonburg a ouvert en 2011.
L'usine de Siemens à Tillsonburg a ouvert en 2011. Photo: Associated Press / Matthias Schrader

Siemens Wind Power Limited a annoncé mardi matin la fermeture de son usine de fabrication de lames d'éoliennes à Tillsonburg, dans le Sud de l'Ontario. Les 340 employés de l'usine perdront leur emploi d'ici 2018.

Plus de 206 employés sont licenciés immédiatement. Les autres travailleurs devront quitter leur poste d'ici la fin de 2017.

« C’est une décision très difficile qui a été annoncée aujourd'hui », a déclaré le chef de l’entreprise au Canada, David Hickey. Il y a plusieurs facteurs qui ont mené à cette décision. Par exemple, nous aurions dû faire d'importants investissements pour rester compétitifs sur le marché. »

L'usine Siemens Wind Power Limited ferme ses portes à Tillsonburg, dans le Sud de l'Ontario.L'usine Siemens Wind Power Limited ferme ses portes à Tillsonburg, dans le Sud de l'Ontario. Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

La décision de fermer l’usine survient à la suite de changements sur les marchés régionaux et mondiaux, poursuit M. Hickey.

Les raisons de la fermeture selon Siemens

• Les prix du produit sur le marché global auraient diminué de plus de 66 % au cours des 7 dernières années.
• Le marché mondial nécessiterait de plus grandes pales d’éoliennes et adapter l’usine pour les produire ne serait pas rentable.
• La demande en pales d’éoliennes de l’Est canadien a diminué de manière significative au cours des dernières années.
• Le marché d’exportation vers les États-Unis a été retardé à la suite d'une combinaison de facteurs, incluant l’incertitude relative à la politique fiscale de ce pays.

« En plus des indemnités de départ, nous allons fournir à tous les employés des services d’orientation professionnelle et de placement en emploi, ainsi qu'un redéploiement, si possible », a affirmé M. Hickey.

L'usine Siemens Wind Power Limited 
 de Tillsonburg fabrique des pales d'éoliennes. Sa fermeture forcera la mise à pied de 340 travailleurs.L'usine Siemens Wind Power Limited de Tillsonburg fabrique des pales d'éoliennes. Sa fermeture forcera la mise à pied de 340 travailleurs. Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

« Je suis très déçu par l’annonce de la fermeture imminente de l’usine pour la communauté », a déclaré le maire de Tillsonburg, Stephen Molnar. « Nos efforts à court terme seront dirigés à assister les hommes, les femmes et les familles touchées par cette fermeture. »

Nous avons une communauté en pleine croissance. On anticipe encore de la croissance et on a déjà contacter d'autres employeurs potentiels.

Stephen Molnar, maire de Tillsonburg

Des employés renvoyés à la maison

Les employés qui se sont présentés au travail lundi ont été renvoyés à la maison avec salaire.

C'est au cours d'une réunion lundi matin que les 340 travailleurs ont appris la nouvelle de la fermeture de l'usine.

« Ce n'est pas si surprenant, mais ça ne reste pas une bonne nouvelle. C'est dur », souligne Dave Peters un des travailleurs mis à pied.

« Je vais définitivement être serré pour joindre les deux bouts. On a pas appris qu'on perdait nos emplois sans préavis », estime Tom Paulson.

Il est dans la même situation que 200 de ses ex-collègues, qui ont su mardi matin au centre communautaire de Tillsonburg, qu'ils devaient retourner à la maison sur-le-champ.

Le ministre Thibeault déçu

Le ministre le l'Énergie, Glenn Thibeault, s'est dit très déçu de la tournure des événements. « Nos pensées sont avec les travailleurs et les familles affectées par ces mises à pied. Malheureusement, des contraintes physiques à l'usine de Tillsonburg empêchent la compagnie de fabriquer des plus grandes pales, qui sont en demande présentement. Siemens a d'ailleurs dû fermer une usine pour les mêmes raisons au Danemark plus tôt cette année. »

À lire aussi :

Toronto

Emploi