•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des déchets de poisson bientôt transformés en vernis à ongles

Ce vernis à ongles est produit à partir de coquilles de moules.

Ce vernis à ongles est produit à partir de coquilles de moules.

Photo : Gracieuseté de Kelly Hawboldt

CBC

Une professeure de la faculté de génie de l'Université Memorial, à Saint-Jean, Terre-Neuve, pense qu'il y a moyen de faire de l'argent avec les déchets des usines de transformation de poissons.

Kelly Hawboldt et son équipe tentent de voir comment les déchets des usines de transformation peuvent être convertis en produits à valeur ajoutée.

C'est une question de trouver des méthodes durables et économiques pour extraire les produits désirés.

Kelly Hawboldt, professeure à la Faculté de génie de l'Université Memorial

Il est possible par exemple d'extraire une huile de grande qualité des intestins des poissons et de les utiliser pour produire de la nourriture pour les animaux.

Kelly Hawboldt dirige une équipe qui tente de trouver des moyens d'utiliser les déchets des usines de transformation pour en faire des produits à valeur ajoutée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kelly Hawboldt dirige une équipe qui tente de trouver des moyens d'utiliser les déchets des usines de transformation pour en faire des produits de valeur ajoutée.

Photo : CBC/Gary Locke

Son équipe développe aussi en ce moment un processus pour retirer rapidement le petit morceau de chair qui reste accroché à la coquille des moules.

Les coquilles ont de la valeur et peuvent être vendues, selon la professeure.

Un des produits possibles, c'est du vernis à ongle de toute sorte de couleurs.

Ce n'est pas tout, l'équipe de Kelly Hawboldt a trouvé un moyen d'extraire un carburant qui pourrait être mélangé à de l'essence normale.

De la nourriture pour animaux et de l'huile sont retirées des intestins des poissons.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De la nourriture pour animaux et de l'huile sont retirées des intestins des poissons.

Photo : CBC/Gary Locke

La professeure explique que l'Islande a une longueur d'avance sur Terre-Neuve-et-Labrador et crée déjà une variété de produits à partir des déchets des poissons.

Le grand défi pour elle et son équipe est de trouver quel produit peut être fait à partir des différentes espèces, selon la région et selon les usines de transformation.

Terre-Neuve-et-Labrador

Économie