•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort du chef de l'EI encore remise en doute

Le chef du « califat », Abou Bakr Al-Baghdad. Cette image est tirée d’une vidéo publiée samedi sur des sites djihadistes.
Le chef du groupe armé État islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi Photo: Associated Press/Vidéo

Les doutes sur la mort du chef du groupe armé État islamique (EI) persistent. Après la confirmation de sa mort par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) la semaine dernière, le chef du renseignement kurde affirme maintenant qu'Abou Bakr Al-Baghdadi est vivant.

Le chef des services de lutte antiterroriste du Kurdistan irakien, Lahour Talabani, a affirmé lundi qu'il croit que le « calife » autoproclamé de l'État islamique est toujours en vie et qu’il se trouve au sud de Raqqa, en Syrie.

Il n'y a aucun doute que Baghdadi est vivant. Nous en sommes sûrs à 99 %.

Lahour Talabani, chef du renseignement kurde

« N'oubliez pas qu'il est issu d'Al-Qaïda en Irak. Il a échappé aux services de sécurité. Il sait ce qu'il fait », a-t-il dit.

L’armée irakienne est récemment parvenue à déloger les djihadistes de Mossoul, dans le nord de l’Irak, après trois ans d’occupation.

Selon le chef du renseignement kurde, le mouvement, qui tente maintenant de résister à Raqqa, est en train de changer de stratégie pour se muer en une sorte d’« Al-Qaïda sous stéroïdes ».

Son éradication prendra encore trois ou quatre ans, a-t-il prédit.

Abou Bakr Al-Baghdadi est-il mort?

Le Kremlin a indiqué lundi disposer d'informations « contradictoires » sur la mort du chef de l'EI.

« L'information qui nous arrive est contradictoire et est en train d'être vérifiée par nos agences de renseignement », a indiqué aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Nous n'avons pas d'information sûre.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin

Des informations divergentes concernant la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi circulent depuis des mois. Il y a environ une semaine, l’OSDH avait affirmé détenir des informations émanant de hauts responsables de l’EI confirmant la mort de leur chef.

L'Observatoire avait précisé qu'il ignorait le lieu, la date ou les circonstances de sa mort supposée.

Le Pentagone avait déclaré n'avoir aucune information qui permette de corroborer ces allégations.

En juin, l’armée russe croyait l’avoir tué lors d'une frappe aérienne ciblant une réunion de dirigeants de l'organisation près de Raqqa, en Syrie, le 28 mai dernier, mais l'information n'a jamais été confirmée par une autre source.

État islamique, le règne de la terreur  

Des rumeurs sur la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi circulent depuis 2014, sans jamais être confirmées.

Il a donné signe de vie pour la dernière fois en novembre dans un enregistrement audio, diffusé peu après le lancement de l'offensive sur Mossoul, dans lequel il exhortait ses hommes à lutter jusqu'au martyre.

Né en 1971 dans une famille pauvre de la région de Bagdad, Abou Bakr Al-Baghdadi – né Ibrahim Awad Al-Badri – était passionné de football. Il a échoué dans sa tentative de devenir avocat et militaire avant de se tourner vers la théologie. Il a fondé un groupuscule de djihadistes dans la foulée de l’invasion américaine en Irak, en 2003.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Terrorisme

International