•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bébé peut être transfusé sans l'accord des parents, témoins de Jéhovah

 C.H.U.L. Québec Hôpital Affiche Centre mère-enfant CHUQ
C.H.U.L. Québec Hôpital Affiche Centre mère-enfant CHUQ Photo: Radio-Canada / Sébastien Vachon
Radio-Canada

Les médecins ont eu besoin d'une ordonnance de la cour pour soigner un nouveau-né mercredi à Québec. Ses parents, des témoins de Jéhovah, refusaient toute transfusion sanguine pour des motifs religieux.

Un texte de Yannick Bergeron

« Bébé-fille », tel qu’elle est désignée dans les documents de la cour, est née avec une masse abdominale nécessitant une opération d'urgence, selon le diagnostic des médecins du Centre Mère-Enfant de Québec (CHUL).

Sans une intervention d’urgence, les spécialistes estiment que l’enfant pourrait mourir.

Originaires de Bellechasse, ses parents sont d'accord avec la chirurgie, mais refusent que leur fille reçoive toute transfusion de produits sanguins.

Jugement de la cour

Le Centre hospitalier s'est donc adressé d'urgence à la Cour supérieure au lendemain de la naissance.

La requête de l'établissement faisait valoir que « le droit à la vie et à la sécurité de l'enfant des défendeurs doit avoir préséance sur la liberté de leurs croyances religieuses ».

Le juge a donné raison à l'hôpital et a autorisé les médecins à pratiquer l'opération. Ils peuvent procéder à des transfusions sanguines au besoin.

Québec

Justice et faits divers