•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boycottage du Conseil de la fédération par trois organisations autochtones

À gauche, Perry Bellegarde de l'APN et Clément Chartier président du Conseil national des Métis.

Perry Bellegarde de l'APN et Clément Chartier, président du Conseil national des Métis.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les premiers ministres des provinces devront composer lundi avec l'absence de trois organisations majeures autochtones à la réunion du Conseil de la fédération à Edmonton.

L'Assemblée des Premières Nations (APN), le Ralliement national des Métis (RNM) et le regroupement inuit Tapiriit Kanatami (ITK) ont déclaré à CBC News qu'ils se retiraient de la réunion d’Edmonton prévue lundi.

Ces organisations exigent d'être incluses en tant que partenaires égaux à la réunion du Conseil de la fédération qui commence mardi.

Chacune des organisations a envoyé une lettre à la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, qui préside la rencontre.

Le Conseil de la fédération regroupe les leaders provinciaux et territoriaux.

Le chef national de l'APN, Perry Bellegarde, le président de l'ITK, Natan Obed, et le président de RNM, Clément Chartier, ont convoqué la presse à Toronto lundi, sans fournir de détails supplémentaires.

Rachel Notley a déclaré aux journalistes jeudi qu'elle s'attendait à ce que la réunion du lundi soit consacrée entre autres aux progrès accomplis dans l’application des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Deux autres grandes organisations autochtones envisagent toujours de participer à cette réunion : le Congrès des peuples autochtones et l'Association des femmes autochtones du Canada.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !