•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux militaires canadiens accusés d’agression sexuelle

Deux militaires des Forces armées canadiennes sont accusés d’agression sexuelle.

Deux militaires des Forces armées canadiennes sont accusés d’agression sexuelle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le caporal Regis Tremblay, un militaire de la base de Valcartier, et le capitaine Mark Sribney, de la base des Forces armées d'Edmonton, font chacun face à un chef d'agression sexuelle.

Les faits qui sont reprochés au caporal Regis Tremblay se seraient produits il y a 10 ans sur la base de Wainwright en Alberta.

Celui qui fait maintenant partie de l'Unité interarmées de soutien au personnel à Valcartier fait face à un seul chef d'accusation.

L'affaire sera traitée par la justice militaire et pourrait être présentée en cour martiale, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Deuxième agression

Il s’agit du deuxième cas d’agression sexuelle à avoir été annoncé par les forces canadiennes vendredi.

Le capitaine Mark Sribney, membre du 1er Régiment du génie du combat à la base des Forces armées d'Edmonton, fait également face à un chef d’accusation d’agression sexuelle.

Les accusations ont été déposées le 12 juillet et les événements se seraient déroulés contre une victime civile dans une résidence privée à Edmonton en janvier 2017. L’affaire sera traitée au civil en Alberta.

Mise à jour

Le capitaine Mark Sribney, de la base militaire d’Edmonton, a depuis été acquitté dans cette affaire.

Quant au caporal Regis Tremblay, après avoir analysé le dossier et la preuve disponible, la poursuite a déterminé qu'il n'y avait pas de possibilité raisonnable de condamnation, et a donc retiré l'accusation.

« Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes fait enquête sur toutes les allégations d’agression sexuelle de manière exhaustive et impartiale. Le port de cette accusation témoigne de notre engagement continu d’appuyer et de protéger les victimes, et d’aider à poursuivre en justice les personnes responsables d’infractions sexuelles », a indiqué par communiqué le lieutenant-colonel Francis Bolduc, commandant du Service national des enquêtes des Forces canadiennes.

Les Forces armées canadiennes ont lancé l'opération Honour en 2015 pour mettre fin aux inconduites sexuelles dans leurs rangs, quelques mois après la publication d'un rapport accablant. Ce rapport faisait état d'une culture hostile aux femmes et aux minorités sexuelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Justice et faits divers