•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les délais judiciaires dans le dossier de la mort d'Abdirahman Abdi critiqués

Dahabo Ahmed Omer,, porte-parole de la coalition Justice pour Abdirahman en entrevue à  Radio-Canada

Dahabo Ahmed Omer,, porte-parole de la coalition Justice pour Abdirahman

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La coalition Justice pour Abdirahman déplore les délais judiciaires dans le dossier de la mort Abdirahman Abdi, survenu il y a bientôt un an.

On a apprenait mercredi que Daniel Montsion, le policier d’Ottawa accusé dans cette affaire, subira son procès au printemps 2019. M. Montsion est accusé d’homicide involontaire, d’agression armée et de voies de fait graves.

Le 25 juillet 2016, Abdirahman Abdi, un Canadien d'origine somalienne, est mort à la suite d’un affrontement avec deux agents du Service de police d’Ottawa.

La famille de la victime commence à remettre en doute le système de justice et s’explique mal les délais. Elle espère recevoir des réponses.

« La famille a été très patiente. Ils attendent et ils suivent les règlements de notre gouvernement de la manière qu’ils sont censés les suivre. En fait, ce qu’on leur demande, c’est d’attendre encore. Ça leur fait mal », a expliqué Dahabo Ahmed Omer, la représentante de la coalition Justice pour Abdirahman.

Son groupe demande au gouvernement ontarien de regarder les obstacles du système judiciaire et d’y apporter des correctifs.

« Comment ça se fait que dans un cas comme celui-ci, ça prend deux ans, presque trois pour avoir un procès? Un autre trois mois pour le procès et on ne sait pas ce qui va se passer dans les trois mois », s’est-elle interrogée.

Mme Ahmed Omer espère que le système de justice fera mieux à l’avenir.

Avec les informations de Laurie Trudel

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.