•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un souffle artistique pour des édifices historiques de Gatineau

Édifice La Filature à Gatineau
L'édifice La Filature est occupé par les centres Axenéo7 et Daïmôn. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Conjuguer architecture patrimoniale et divertissement artistique : voilà ce que proposent les organismes Axenéo7 et Daïmôn avec leur programmation estivale gratuite. Leurs activités se déroulent tout l'été entre les bâtiments de La Filature et de La Fonderie, des pièces importantes du patrimoine du ruisseau de la Brasserie, à Gatineau.

Un texte de Christelle D’Amours pour Tout inclus

Dans l’élan de revitalisation du centre-ville de Gatineau, on assiste non seulement à une modification du paysage social et culturel des lieux, mais également à une réappropriation des édifices patrimoniaux.

L’engouement grandissant pour le cachet historique et rustique du paysage architectural de Gatineau a donné naissance à de nombreux lieux devenus emblématiques, comme la microbrasserie Les Brasseurs du Temps ou encore le site Zibi.

« Ce sont des lieux hors-norme, qui ont été des lieux de production pendant un moment et on en change un peu la destination, mais on continue de produire à l’intérieur », indique le coordonnateur des communications et des événements chez Daïmôn, François Cambe.

Le secteur du ruisseau de la Brasserie est particulièrement visé. L'endroit devient un pôle culturel de plus en plus exploité par des institutions qui bâtissent l’identité du secteur et contribuent à son rayonnement.

Axenéo7 et Daïmôn jouent notamment un grand rôle dans la dynamisation du quartier.

Pour les artistes, ce n’est cependant pas nouveau de vouloir occuper des bâtiments d’époque.

« Ils sont les premiers à réinvestir, parce que ces espaces leur permettent de produire, parce que tout simplement plus personne ne s’y intéresse et que ça leur fait des espaces pas trop chers pour produire », explique M. Cambe. « Les artistes font ça de manière presque très naturelle. Ils se le réapproprient, ils travaillent, ça devient presque des friches industrielles, puis […] tout d’un coup, il se passe quelque chose à nouveau et les gens s’y réintéressent. Ils découvrent l’intérêt des lieux et ça recrée de l’activité. Ça demande soit beaucoup de moyens, soit beaucoup de créativité. »

Cet été, les deux centres ont décidé de miser sur le lieu unique qu’ils occupent pour attirer encore plus de visiteurs et leur faire découvrir leur univers.

Image illustrant le ruisseau de la Brasserie à Gatineau.Le ruisseau de la Brasserie derrière La Filature. Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Des anciens lieux de production

Fondée en 1878, l’entreprise Hanson’s Woollen Mill (aussi connue sous le nom de Hanson Hosiery Mills) a connu un grand succès à l'époque, en se spécialisant dans la production de bas de laine plus résistants.

La compagnie s’est installée dans le bâtiment, aujourd’hui appelé La Filature, après que ses installations eurent brûlé lors du grand feu de Hull en 1900. Elle y a poursuivi ses activités jusqu’en 1975.

Le centre d’artistes Axenéo7 et le centre de production Daïmôn, créés dans les années 1980, cohabitent depuis 2002 dans l’édifice de la rue Hanson, situé aux abords du ruisseau de la Brasserie. Les lieux ont été rénovés en respectant l’esprit industriel du lieu. On y a d'ailleurs conservé quelques éléments historiques originaux.

La Fonderie, dont les premières installations datent du début des années 1910, était quant à elle le lieu de production d'une importante variété de métaux qui ont servi à diverses activités de développement de la région, comme la construction de chemins de fer.

L'ancien complexe industriel entièrement rénové abrite le Centre multisport de Gatineau depuis 2004.

Image montrant un couloir avec plusieurs portes, un plafond haut et des et des luminaires industriels.L'aspect industriel est préservé dans l'édifice La Filature. Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Interstices

Concept : Parcours sonore réalisé par Daïmon, appuyé par de nombreux collaborateurs et partenaires
Dates : Du 12 juillet au 30 août
Format : Parcours d’œuvres sonores sous forme d’installations interactives
Création : Collectif de sept artistes
Lieu : Les créations sont dispersées entre l’édifice La Filature, situé au 80, rue Hanson et La Fonderie, au 211, rue Montcalm

Les principaux objectifs du projet Interstices consistent à animer le trajet entre les édifices et à inciter les gens à expérimenter les installations.

« C’est vraiment un lieu de passage. […] On a vraiment travaillé fort pour l’habiter, pour montrer plus de possibilités, créer des lieux là où c’est juste des trajectoires », explique la responsable du projet, Émilie Mouchous.

Elle ajoute que les œuvres ont été pensées pour dialoguer avec l’environnement et que le lien est facile à faire pour les visiteurs. Il y a d’ailleurs une œuvre qui exploite l’eau du ruisseau et une autre, le métal sur La Fonderie.

On est vraiment contents de comment les œuvres dialoguent avec le contexte historique du territoire.

Émilie Mouchous, chargée du projet Interstices

Habituellement orienté vers une vocation d’accompagnement des artistes, le centre Daïmôn souhaite néanmoins rejoindre le public non initié avec ce type de projet.

« Des événements comme Interstices permettent de révéler au grand public un peu les événements qui se passent cachés à l’intérieur du centre de production. […] Ça nous fait plaisir de rappeler des artistes […] et de leur proposer un format qui nous permettrait de rejoindre, en s’incluant dans une dynamique du 150e [anniversaire de la Confédération], un public plus large et d'offrir une fenêtre sur les arts sonores qui sont un peu plus underground », précise M. Cambe.

Le coordonnateur de Daïmôn qualifie d’ailleurs les œuvres proposées par le parcours d'« accessibles », en ajoutant qu’elles n’ont pas besoin d’explications et que les gens peuvent les expérimenter.

La photo illustre une oeuvre d'art composée de trois tubes en acier inoxydable, exposée devant un édifice historique.L'oeuvre Triad d'Adam Basanta Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

À perte de vue

Concept : Programmation initiée par Axenéo7, appuyée par plusieurs collaborateurs et partenaires
Dates : Du 28 juin au 30 août
Format : Oeuvres contemporaines gigantesques
Création : Collectif de douze artistes
Lieu : Édifice La Fonderie

Axenéo7 a utilisé l'espace intérieur de La Fonderie pour y installer l’exposition géante. Cependant, la programmation À perte de vue comporte plusieurs activités complémentaires à l’exposition, qui se déroulent dans parfois dans les deux lieux :

  • Exposition de photographie à La Filature
  • Performances artistiques, théâtrales et chorégraphiques à La Fonderie
  • Conférences dans la salle d'exposition de La Filature
  • Les dimanches créatifs, ateliers pour les enfants à La Filature et à La Fonderie

La coordonnatrice de projet, Anykrystel Coppet, mentionne que les expositions et les activités se prêtent à différents publics et sont intéressantes pour les gens de la région, mais également pour les visiteurs qui découvrent Gatineau cet été.

Ottawa-Gatineau

Arts de la scène