•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 25 ans Julie Payette entrait dans la sphère publique

    Reportage au bulletin de nouvelles «Plus» du 15 juin 1992
    Radio-Canada

    C'est aujourd'hui qu'a lieu la cérémonie d'installation de la nouvelle gouverneure générale du Canada, Julie Payette. Il y a 25 ans, c'est à l'Agence spatiale canadienne que Julie Payette était nommée. Portrait de la recrue en 1992, au moment de son entrée dans la sphère publique.

    Le 8 juin 1992, l’Agence spatiale canadienne dévoile les noms des quatre Canadiens sélectionnés pour devenir astronautes. La Québécoise Julie Payette fait partie des recrues. Une semaine plus tard, la journaliste Marie-Anna Murat consacre un reportage à la nouvelle astronaute. L’espace d’une journée, elle la suit sur son milieu de travail.

    La jeune ingénieure est dépassée par la frénésie autour de sa nomination. À 28 ans, elle est propulsée parmi les personnalités canadiennes les plus en vue. Ses collègues au laboratoire de Bell Northern en tirent une grande fierté : « On savait quand on l’a embauchée que c’était une personne extraordinaire », témoigne l’un d’entre eux.

    Déjà, on apprend que Julie Payette compte de multiples talents. En plus de pratiquer le triathlon, elle chante, joue de la flûte et parle couramment plusieurs langues. La future astronaute fait pourtant preuve d’une grande modestie. Elle se confie sur ses craintes par rapport à l’entraînement et sur sa perception d’elle-même.

    Je ne me considère pas du tout comme une superwoman, même pas un instant

    Julie Payette, en 1992

    25 ans plus tard, Julie Payette devient la 29e gouverneure générale du Canada et la quatrième femme à occuper cette fonction.

    Ce portrait de Julie Payette a été diffusé au bulletin de nouvelles Plus du 15 juin 1992.

    • Julie Payette est née le 20 octobre 1963 à Montréal.
    • Une fois recrutée par l’Agence spatiale canadienne, l’ingénieure, spécialiste de reconnaissance de la parole, doit s’entraîner pendant sept ans avant de pouvoir réaliser son rêve de voyager à bord d'une navette spatiale
    • Dans le cadre de sa formation d'astronaute, Julie Payette a décroché une licence de pilote professionnel, étudié le russe et effectué 120 heures de vol en pesanteur réduite à bord d'avions.
    • Julie Payette suit en 1998 le programme d'entraînement du Johnson Space Center, qui lui permet de devenir spécialiste de mission de la NASA.
    • Avant d'accomplir son premier séjour dans l'espace, elle a accumulé plus de 700 heures de vol en avion à réaction.
    • Julie Payette a été la première Canadienne à prendre part aux travaux de construction de la Station spatiale internationale. Au cours de sa mission, plus de quatre tonnes de matériel ont été livrées et installées dans le laboratoire orbital.
    • À partir de janvier 2003, elle occupe le poste de « capcom » (capsule communicator) au Centre de contrôle des missions à Houston, ce qui signifie que, lors d’une mission spatiale, elle assure la responsabilité de l’ensemble des communications et le lien vocal entre l’équipe au sol et les astronautes en vol.
    • En février 2008, la NASA annonce que Julie Payette retournera dans l'espace à bord de la navette Endeavour et visitera la Station spatiale internationale au printemps 2009.
    • Après cinq reports dus à des problèmes techniques et à des ennuis météorologiques, Julie Payette entreprend son deuxième vol spatial et décolle le 15 juillet 2009 à bord de la navette Endeavour pour une mission de 16 jours, l’une des plus longues à ce jour
    • Pour la mission STS 127, Julie Payette occupe le poste d’ingénieure de vol au sein d’une équipe de sept astronautes.
    • Au cours de cette mission, les astronautes effectuent l'installation de la plateforme extérieure du laboratoire japonais Kibo et procèdent au remplacement d'équipement essentiel à la Station spatiale internationale.
    • Julie Payette effectue cinq sorties dans l’espace avant de rentrer sur Terre le 31 juillet.
    Encore plus de nos archives  

    Archives

    Politique