•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Hyperloop termine son premier essai avec succès

Un tube du projet Hyperloop au nord de Las Vegas, au Nevada, le mai 2016
Un tube du projet Hyperloop au nord de Las Vegas, au Nevada, le mai 2016 Photo: Getty Images / David Becker
Radio-Canada

Parcourir la distance séparant Montréal et Toronto en 40 minutes, ça vous dirait? Les ingénieurs d'Hyperloop One, qui travaillent sur un mode de transport futuriste à mi-chemin entre le train et l'avion supersonique, ont franchi une première étape pour y arriver, a annoncé l'entreprise californienne.

Depuis 2014, Hyperloop One planche sur une technologie, baptisée Hyperloop, sortie tout droit de l’imagination d’Elon Musk, l’entrepreneur derrière PayPal, Tesla et Space X.

Il s’agit d’une capsule pressurisée qui flotte sur des rails magnétiques, à l’intérieur d’un tube sous vide. L’objectif est de faire accélérer la capsule jusqu’à une vitesse de 1125 km/h. En guise de comparaison, la vitesse du son dans l’air est d’environ 1234 km/h.

L’entreprise a annoncé, mercredi, être parvenue à faire accélérer un « traîneau magnétique » jusqu’à 112 km/h dans un tube, soit un dixième de la vitesse visée. Le test a été fait le 12 mai dernier, mais l’entreprise a attendu deux mois avant d’en faire l’annonce.

L'Hyperloop One a terminé son premier essai avec succès.L'Hyperloop One a terminé son premier essai avec succès. Photo : Hyperloop One

Selon Hyperloop One, la prochaine étape serait d’effectuer un test avec un prototype de capsule pressurisée à 400 km/h.

À terme, le premier système Hyperloop doit être construit pour relier Dubaï et Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.

Innovation technologique

Techno