•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région a accepté toutes les demandes d'aide à mourir

L'aide médicale à mourir suscite de nombreux débats au Canada et au Québec.
Après une très forte augmentation en 2016, le nombre de demandes d'aide médicale à mourir diminue légèrement au Québec. Photo: iStock

Après une très forte augmentation en 2016, le nombre de demandes d'aide médicale à mourir diminue légèrement au Québec. Toutes les demandes d'aide médicale à mourir formulées en Abitibi-Témiscamingue ont cependant été acceptées.

Les cinq demandes formulées dans la région ont d'ailleurs été administrées en date de la fin juin.

Dans la province, ce sont 61% des demandes d'aide médicale à mourir qui sont acceptées et administrées, un taux stable par rapport à la deuxième moitié de 2016.

Après une très forte augmentation en 2016, le nombre de demandes d'aide médicale à mourir diminue légèrement au Québec, un ralentissement qui contraste avec les tendances observées ailleurs dans le monde.

Les données compilées par Radio-Canada démontrent aussi qu'une plus grande proportion de demandes est acceptée dans les régions éloignées que dans les grands centres.

Au Québec, près d'un décès sur 100 (0,9 %) résulte maintenant de l'aide médicale à mourir.

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique