•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour la légalisation de la chasse à l’écureuil

Un écureuil dans un parc de Montréal

Un écureuil dans un parc de Montréal

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs salue l'initiative d'un étudiant qui a déposé une pétition au début du mois pour autoriser la chasse à l'écureuil.

À ce jour, 521 personnes ont signé une pétition qui sera en ligne jusqu’au 26 septembre 2017.

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs demande elle-même l’ouverture de cette chasse depuis 2004. L’écureuil étant considéré comme un petit gibier, il serait normal de pouvoir le chasser au même titre que les autres, selon la Fédération.

Les populations d'écureuils sont nombreuses au Québec et constituent parfois une nuisance. « La légalisation de cette chasse contribuerait à encadrer les actions des citoyens qui protègent leurs résidences principales et secondaires contre sa déprédation ».

C’est dommage d’être obligé de se débarrasser d’animaux qui brisent nos biens.

Michel Baril, biologiste à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

« Si tu abats un animal qui brise ton bien, tu dois le jeter et ne pas garder de partie », ce qui représente une perte selon le biologiste de la fédération, Michel Baril.

Actuellement, il est interdit de chasser l’écureuil au Québec, mais il est légal de le trapper. Selon la Fédération, la chasse « constituerait une excellente façon de le mettre en valeur ».

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La Ville de Winnipeg ordonne à une résidente du quartier St. James de se débarrasser d'une mangeoire pour oiseaux dans sa cour, car pour les autorités municipales, l'objet sert à nourrir les écureuils.

Légalisation de la chasse à l'écureuil

Photo : Associated Press / Tom Dorsey

De plus, la chasse représenterait une belle occasion pour les jeunes de s’initier à ce sport. Ne requérant pas d’habileté particulière, cette chasse demeure simple et peu coûteuse.

Ça permet de chasser avec des personnes peu habiles avec des fusils, on prend des petits calibres

Michel Baril, biologiste à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

La Fédération croit que la chasse de ce mammifère gagnerait beaucoup d’adeptes et contribuerait à l’essor de la chasse et de son économie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !