•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croisières AML obtient l'usage exclusif du quai de Tadoussac

Le quai de Tadoussac et des bateaux des Croisières AML

Croisières AML signe un bail de 10 ans pour l'usage exclusif du quai de Tadoussac.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ton est monté entre deux groupes de citoyens à la séance publique du conseil municipal de Tadoussac, lundi, alors que les élus ont approuvé un bail de location du quai municipal à la compagnie Croisières AML.

L’entreprise a obtenu l’usage exclusif des façades du quai de Tadoussac et de la passerelle qui s’y trouve. Aucun autre navire ne pourra y accoster, à quelques exceptions près, notamment les bateaux de la garde côtière ainsi que les navires de recherche scientifique et des croisières internationales. Les citoyens et les visiteurs pourront toujours s'y promener.

Le contrat qui lie Croisières AML à la Municipalité est d’une durée de 10 ans et pourra être renouvelé une fois échu. L’entreprise paiera 100 000 $ par année pour cet accès.

Le ton monte

Au moins 160 personnes se sont massées dans la salle pour appuyer cette entente ou pour s’y opposer.

La moitié des citoyens présents estiment qu’une seule compagnie ne doit pas avoir le contrôle du quai. C’est le cas de Didier Épars, propriétaire de la goélette Grosse-Île, qui souhaite utiliser la passerelle. Il estime que la municipalité serait perdante de louer seulement le quai aux Croisières AML.

Didier Épars devant son bateau, la goélette Grosse-Île
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Didier Épars devant son bateau, la goélette Grosse-Île

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

« [Le quai] est vide le trois quarts de la journée. Les bateaux sont en croisière alors on pourrait intercaler des croisières entre les croisières du AML si on veut considérer qu’il a le gros bout du bâton. Ça ferait de la diversification d’offre à Tadoussac, ça ferait de la vie au quai, ça ferait des départs et des arrivées. Il y a des revenus supplémentaires à la municipalité. Il n’y a rien là-dedans qui nuit à la business », affirme-t-il.

Selon le maire de Tadoussac, cette entente avec Croisières AML générera des revenus supplémentaires. Ceux-ci permettront la mise en place d’un fonds d’amélioration des infrastructures portuaires pour effectuer des travaux de réfection sur le quai lorsque nécessaire.

Le maire de Tadoussac, Hugues Tremblay
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Tadoussac, Hugues Tremblay

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Pour sa part, le propriétaire de l’auberge de jeunesse de Tadoussac, André Tremblay, aurait souhaité être informé de cette décision.

« Ce qu’on revendique, nous, c’est qu’on puisse nous informer, qu’on puisse nous traduire ce document-là et qu’on puisse en prendre connaissance. »

— Une citation de  André Tremblay, propriétaire de l'auberge de jeunesse de Tadoussac

Par ailleurs, plusieurs commerçants du village ont appuyé AML, tout comme des employés de la compagnie qui étaient dans la salle. Le président-directeur général de Croisières AML, Yan Hamel, était également sur place pour faire valoir sa volonté de signer une entente à long terme.

« Mon bail est échu. Il tenait en une page et demie. On veut avoir un bail à long terme […]. Il n’y a personne qui ferait un emprunt avec un bail qui se renouvelle une fois par année. »

— Une citation de  Yan Hamel, président-directeur général de Croisières AML
Yan Hamel, président-directeur général de Croisières AML
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yan Hamel, président-directeur général de Croisières AML

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Résolution approuvée

Le maire Hugues Tremblay est sorti satisfait de la séance du conseil municipal. « Je pense qu’on a travaillé très dur. Je pense qu’on travaille pour les citoyens. Et je pense que dans 10 ans, 20 ans, les citoyens nous remercieront si on a un fonds de 7 ou 8 millions à aller chercher », dit-il.

Après presque deux heures de débat, quatre élus ont voté pour le bail de location de longue durée. Une personne a voté contre et une autre s’est abstenue.

D'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !