•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Investissement de 265 M$ pour la route de la Baie-James

Un panneau indiquant la distance à parcourir pour atteindre différentes municipalités sur la route de la Baie-James.

La route de la Baie-James relie des municipalités très éloignées les unes des autres.

Photo : Radio-Canada / Karine Mateu

Radio-Canada

Québec et Ottawa investissent 265 millions de dollars pour la réfection de la route de la Baie-James.

Avec les informations de Tanya Neveu

L'annonce a été faite cet après-midi par le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, le ministre régional Luc Blanchette et le député d'Ungava, Jean Boucher.

Le projet conjoint couvre les 620 km de la route de la Baie-James.

Une réfection sera effectuée sur plus de la moitié de la chaussée.

D'autres travaux seront aussi réalisés, notamment le remplacement de ponceaux et de l'équipement de sécurité routière comme la signalisation et les glissières de sécurité.

Le gouvernement du Canada verse une somme de plus de 108 millions de dollars, précise le ministre des Transports, Marc Garneau.

On reconnaît très clairement que pour le développement du Nord et pour l'accès de façon fiable au Nord, c'est important d'investir dans les infrastructures, et dans ce cas-ci, une infrastructure routière extrêmement importante.

Marc Garneau

La contribution du gouvernement du Québec s'élève pour sa part à plus de 156 millions de dollars provenant de la Société du Plan Nord, soutient le ministre régional et député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Luc Blanchette.

« Ça part de Matagami jusqu'à Radisson. Essentiellement, c'est le développement nordique qui passe par là. On sait que GoldCorp a fait des investissements majeurs avec un gros concentrateur et il y aura des gisements à proximité. C'est dans leur plan d'affaires. »

Luc Blanchette explique que le projet se justifie notamment par le transport de matériaux et d'équipements vers le nord pour diverses industries.

« Il fallait soutenir ce genre de développement là », ajoute M. Blanchette.

Abitibi–Témiscamingue

Infrastructures