•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU adopte un traité bannissant l'arme atomique... sans l'aval des pays qui la possèdent déjà

Les délégués se sont levés pour applaudir après la tenue du vote.

Les délégués se sont levés pour applaudir après la tenue du vote.

Photo : Associated Press / Mary Altaffer

Associated Press

Plus de 120 pays ont adopté un traité pour bannir les armes nucléaires, vendredi, lors d'un vote des Nations unies boycotté par tous les pays détenteurs de cette technologie de même que par plusieurs de leurs alliés, dont le Canada.

Un total de 122 pays ont voté en faveur de ce traité contraignant, les Pays-Bas s'y sont opposés et Singapour s'est abstenu.

La présidente de la conférence où il a été négocié, Elayne Whyte Gomez, soutient qu'il s'agit de la première entente multilatérale de désarmement à être conclue en plus de 20 ans.

L'ambassadrice costaricaine a avancé que « le monde attend cette norme légale depuis 70 ans », soit depuis le largage des premières bombes atomiques sur les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki, en août 1945, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Elle précise que 129 pays membres de l'ONU sur 193 ont pris part à l'élaboration de l'accord. Parmi les pays membres de l'OTAN, seuls les Pays-Bas y ont participé, sous mandat du Parlement.

Aucune des neuf nations détentrices ou présumées détentrices de l'arme nucléaire – les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la Chine, la France, l'Inde, le Pakistan, Israël et la Corée du Nord – n'a appuyé le traité. La plupart de leurs alliés, dont le Canada, n'ont pas assisté au vote.

« Nous n'avons pas l'intention de signer, de ratifier ou de devenir partie à ce traité », ont déclaré les représentants permanents des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France auprès des Nations unies après l'adoption du traité, ajoutant que « cette initiative ignore clairement les réalités de l'environnement de sécurité internationale ». « Au contraire, précisent-ils, ce traité ne fera que multiplier les divisions à un moment où le monde doit rester uni face aux menaces croissantes, y compris celle posée par les efforts continus de prolifération nucléaire de la République populaire démocratique de Corée. À cet égard, nous réitérons nos engagements au titre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et réaffirmons notre détermination à préserver et à continuer de promouvoir son autorité, son universalité et son efficacité. »

Le traité requiert que chaque pays qui y adhère, « dans aucune circonstance, ne développe, teste, produise, manufacture, acquière, possède ou entrepose des armes nucléaires ou d'autres engins explosifs nucléaires ». Il interdit également toute menace de recourir à de telles armes.

Il pourra être ratifié à compter de septembre et entrera en vigueur dès que 50 pays en seront signataires.

Droit international

International