•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record de débarquements de homard sur les quais de la Gaspésie et des Îles

Le homard sur le barbecue
Le produit vedette : le homard Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les pêcheurs de homard des Îles et de la Gaspésie se réjouissent d'une saison où les captures fracassent les records.

En Gaspésie, les 10 semaines de pêche se sont terminées jeudi.

Les données sont toujours en train d’être compilées, mais après la mi-saison, un peu plus de 3 millions de livres y ont été débarquées.

L'année 2017 sera celle des records fracassés, croit le directeur général du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O'Neil Cloutier. « On se rappelle que l’an passé, on avait débarqué, au final, pour toute la saison, 4,420 millions de livres, donc on a déjà plus de la moitié des homards capturés dans les 5 premières semaines. »

Moi, je m’attends qu’on fracasse évidemment le chiffre de 5 millions.

O'Neil Cloutier, Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie
Bateaux de pêche à quaiHomardiers au quai de L'Anse-à-Beaufils Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le prix moyen obtenu par les pêcheurs gaspésiens s'établit à 7,15 $ la livre, soit 1 $ de plus que l'an dernier.

O'Neil Cloutier estime l'augmentation de la valeur des débarquements à 20 %.

Un homard sur une cage de pêcheUn homard gaspésien Photo : Marie Morneau, ARP

Du jamais vu aux Îles en 150 ans de pêche

À une semaine de la fin de la saison de pêche sur l’archipel, le président de l'Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine, Mario Deraspe, estime que le débarquement avoisinera les 9 millions de livres, ce qui représentera un record en 150 ans de pêche au homard.

La présente saison éclipsera la dernière année de pêche record de 2015.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces résultats, selon Mario Deraspe, qui croit que c'est surtout les mesures de préservation de la ressource qui donnent des résultats.

Il fait référence notamment à l'augmentation de la taille minimale légale des homards qui peuvent être pêchés.

Anciennement, on pêchait avec des mesures que la femelle pouvait seulement pondre une fois. En augmentant la taille minimale légale, elle peut pondre deux fois, donc ça double le nombre d’œufs.

Mario Deraspe, président de l'Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine

En Gaspésie, O’Neil Cloutier est du même avis, et ajoute que la température de l’eau vient aussi peser dans la balance. « Les changements climatiques sont arrivés à un moment où le stock était quand même très, très stable et s’améliorait, et là, on produit évidemment une quantité phénoménale de petits homards qui […] réussissent à atteindre la maturité, alors qu’on ne voyait pas ça précédemment. »

Bateaux de pêche à quai et feux d'artificeArchives : début de la saison de pêche au homard 2016 Photo : Radio-Canada

Pêches et Océans

La pêche se termine dans une semaine aux Îles-de-la-Madeleine. Et les données compilées par Pêches et Océans Canada pour les six premières semaines tendent à confirmer les affirmations de l’Association des pêcheurs.

Plus de 7 millions de livres de homard (3,2 millions de kilos) ont été débarquées dans tous les ports de pêche de l'archipel, ce qui représente une augmentation de 63 % par rapport à l'an dernier.

La valeur des achats représente quant à elle une hausse de près de 70 % comparativement à l'année dernière. Elle passe ainsi de 28 à plus de 47 millions de dollars pour les pêcheurs madelinots.

Est du Québec

Industrie des pêches