•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ultimatum de l’UNESCO pour le parc de Wood Buffalo

Le parc national Wood Buffalo
Le parc Wood Buffalo est le plus grand parc national canadien. Photo: Parcs Canada
Radio-Canada

Le Canada doit en faire plus pour protéger le parc national Wood Buffalo, dans le nord de l'Alberta, contre les effets négatifs des barrages et de l'exploitation des sables bitumineux, exige l'UNESCO.

Un texte de Laurent Pirot

L’organisme mondial de protection du patrimoine veut un rapport détaillé sur la mise en oeuvre de ses 17 recommandations avant la fin 2018 et menace de classer le site dans sa liste du patrimoine en péril.

Une visite du parc en 2016 avait conclu que le Canada devait en faire plus pour comprendre l’effet des barrages sur la rivière Peace, et en particulier celui du site C, et pour limiter le développement de l’exploitation des sables bitumineux autour du parc. Le Canada doit aussi faire participer davantage les Premières Nations dans la protection des lieux.

Aucun site canadien n’a jamais figuré dans la liste du patrimoine en péril.

« Ce serait très gênant pour le Canada », pense Melody Lepine, une représentante de la Première Nation de Mikisew Cree de Fort Chipewyan, qui a attiré l’attention de l’UNESCO sur la situation du parc.

Ça montrerait au monde que [le Canada] ne peut pas prendre soin d’un site.

Melody Lepine, de la Première Nation de Mikisew Cree

Le parc national Wood Buffalo est le plus grand parc canadien et figure au patrimoine mondial depuis 1983. À l’époque, il n’était pas courant d’établir des zones tampons autour des sites protégés, comme le demande l’UNESCO aujourd'hui.

Le ministère albertain de l’Environnement a expliqué qu’il étudie les 17 recommandations et qu’il travaillera à une réponse coordonnée avec la Colombie-Britannique, les Territoires du Nord-Ouest et le gouvernement fédéral.

Alberta

Politique fédérale