•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude téléphonique : méfiez-vous des appels du Vanuatu

Un gros plan sur les mains d'un homme d'affaires en train de manipuler un téléphone intelligent.

Les appels frauduleux qui circulent actuellement au Québec semblent provenir du Vanuatu

Photo : iStock / Tatsianama

Radio-Canada

Un type de fraude téléphonique, qui a déjà touché de nombreux Québécois, continue de faire des victimes. Son nom : Wangiri, qui signifie « sonnerie » en japonais. Mais il n'y a aucune raison de paniquer, car il s'agit d'une arnaque facile à déjouer lorsqu'on la connaît.

Un texte de Karl-Philip Vallée

Crypto.Québec, un organisme sans but lucratif spécialisé dans la sécurité informatique, a publié une mise en garde cette semaine sur sa page Facebook.

On y explique que des fraudeurs appellent leur victime, laissent sonner un coup ou deux et attendent que la personne rappelle, « curiosité humaine oblige », peut-on y lire. À la manière d'un appel à une ligne payante, la victime se voit alors facturer des frais exorbitants.

Selon Crypto.Québec, la plus récente attaque de ce type semble provenir d’un numéro du Vanuatu, un petit État insulaire situé à l’est de l’Australie.

Que faire si on se fait prendre?

Si vous recevez un appel d’un numéro qui vous semble suspect, la meilleure chose à faire consiste à ne pas répondre et à éviter de recomposer ce numéro ou d'y envoyer un message texte, explique Sophie Thériault, codirectrice des communications à Crypto.Québec.

« Le numéro suspect peut être signalé au fournisseur de services téléphoniques, qui pourra prendre les mesures nécessaires afin de le faire bloquer et communiquer avec les autorités concernées », suggère la spécialiste.

Si toutefois vous vous rendez compte un peu trop tard que vous êtes tombés dans le panneau, Crypto.Québec recommande de contacter le Centre antifraude du Canada (Nouvelle fenêtre) en plus de votre fournisseur de services téléphoniques.

« Ces fraudes sont de plus en plus fréquentes, mais on remarque surtout que celles-ci se manifestent par "vagues", explique Mme Thériault. Voilà pourquoi l’éducation est la meilleure forme de prévention pour contrer celles-ci, afin que le doute et la prudence soient des habitudes ancrées, évitant ainsi aux personnes ciblées de se faire prendre. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Prévention et sécurité

Techno