•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Modeste, ce village qui rajeunit

Un enfant qui joue dans une glissade.

Le quart des personnes qui habitent à Saint-Modeste sont âgées de 15 ans et moins.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Peu de villages peuvent se vanter de rajeunir dans l'Est du Québec. À Saint-Modeste, près de Rivière-du-Loup, non seulement la population rajeunit, mais elle a presque doublé depuis 1976.

Un texte de Julie Tremblay

Saint-Modeste est la municipalité où la population est la plus jeune au Bas-Saint-Laurent, selon les dernières données de Statistiques Canada. Parmi ses 1165 habitants, plus de la moitié de la population est âgée moins de 35 ans et une personne sur quatre a moins de 15 ans.

En 2008, la municipalité de Saint-Modeste, en collaboration avec la Caisse Desjardins, a instauré un crédit de taxes de 7000 $ pour les nouveaux propriétaires de maisons. Depuis, plus d'une douzaine de familles s'y sont installées.

 

« On travaillait à Rivière-du-Loup et on cherchait à se construire alentour, pas très loin. Là, on est à 15 minutes du travail [...] donc on a choisi Saint-Modeste... Saint-Modeste nous a choisis en fait! », affirme Émile-Olivier Desgens, un père de trois jeunes enfants qui a élu domicile à Saint-Modeste en 2009 avec sa conjointe, Élise Martin.

« Quand on se promène dans la rue à côté, on est paisible, on n'a pas à s'inquiéter. C'est un beau milieu, je trouve qu'on a une belle petite école [...] avec un service de garde à échelle humaine. »

— Une citation de  Élise Martin, résidente de Saint-Modeste
Famille de deux adultes et trois jeunes enfants
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Émile-Olivier Desgens et sa conjointe, Élise Martin, se sont installés à Saint-Modeste en 2009.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Gérer la croissance

Si le vieillissement et le déclin de la population inquiètent bon nombre d'élus dans la région, c'est plutôt la croissance qu'il faut gérer à Saint-Modeste.

Le nombre de jeunes inscrits au camp d'été est passé de neuf à près d'une centaine en quelques années. L'école déborde et il manque d'infrastructures pour accueillir les jeunes et les faire bouger.

Cet automne, un demi-million de dollars seront investis à l'église de Saint-Modeste dans le but de la rénover et d'en faire un centre multifonctionnel. La sacristie sera transformée en bibliothèque municipale et l'actuel centre communautaire deviendra une maison de jeunes.

L'église de Saint-Modeste
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'église de Saint-Modeste sera rénovée cet automne pour en faire un centre multifontionnel.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

« Ça c'est un projet qui va redynamiser et permettre aux gens de se recréer des liens sociaux comme à l'époque », affirme Émile-Olivier Desgens, qui est aussi devenu conseiller municipal au fil des ans.

Quant à l'école, le maire, Louis-Marie Bastille, espère pouvoir obtenir du financement à moyen terme pour y construire un gymnase.

« L'école, on peut dire que ça déborde! On est rendus à agrandir par l'intérieur! »

— Une citation de  Louis-Marie Bastille, maire de Saint-Modeste
Le maire Louis-Marie Bastille devant l'édifice municipal de Saint-Modeste
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Saint-Modeste, Louis-Marie Bastille

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Comment attirer les jeunes?

Selon le maire Bastille, il n'y a pas de recette pour attirer des jeunes dans une municipalité.

Toutefois, la proximité avec une grande ville semble être un facteur déterminant, puisque les deux autres villages les plus jeunes au Bas-Saint-Laurent sont Saint-Antonin, près de Rivière-du-Loup et Saint-Anaclet-de-Lessard, à proximité de Rimouski.

Cependant, ce qui peut faire la différence, selon M. Bastille, c'est l'ouverture des élus municipaux pour démarrer de nouveaux projets et ainsi développer le sentiment d'appartenance des nouveaux arrivants.

« On fait des activités pour l'accueil des nouveaux arrivants, on souligne les nouvelles naissances, il y a des jardins et des cuisines communautaires, un paquet de petites choses qui se mettent en place et qui permettent aux gens de s'attacher », dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !