•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intérêt marqué pour une navette fluviale entre l'Est et le Vieux-Montréal

Explorateur, le bateau de l'entreprise Navark, le type de bateau à utiliser selon l'étude

Explorateur, le bateau de l'entreprise Navark, le type de bateau à utiliser selon l'étude

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un nouveau sondage montre un intérêt indéniable de la population envers le projet de navette fluviale entre le quartier Pointe-aux-Trembles et le centre-ville de Montréal. La Ville étudie toujours la pertinence d'offrir un tel service.

Un texte de Sébastien Desrosiers

La navette fluviale a fait l'objet d'un essai les 27 et 28 mai derniers. Parmi plus de 700 passagers qui sont montés à bord, 97 % se sont dits intéressés à utiliser ce service s'il était offert de manière permanente.

« On voyait très clairement que c'était une initiative que les gens appréciaient et encourageaient », dit le capitaine Normand Noël. Ce dernier est également président de Croisières Navark, une entreprise susceptible de fournir des bateaux à la Ville si elle veut offrir le service.

Le projet initial prévoyait un parcours entre le Vieux-Pointe-aux-Trembles et le quai McGill, dans le Vieux-Port, mais au moment de l'essai il était impossible de s'y rendre en raison du niveau de l'eau, qui était trop élevé. Le bateau a plutôt accosté au quai de l'Horloge après une balade de 25 minutes sur le fleuve.

« Ce serait une avenue intéressante à étudier, de faire le débarquement à cet endroit-là, croit Normand Noël. Évidemment, ça raccourcit le trajet, mais aussi ça nous évite de circuler dans la zone du haut du port qui est plus achalandé. Et puis ça nous rapproche de la station Berri-UQAM, qui est un axe bien important. »

Une vue aérienne du Vieux-Port de Montréal avec le centre ville et des bateaux de croisière à l'eau.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Vue aérienne du Vieux-Port de Montréal.

Photo : Tourisme Montréal

La navette serait une offre de transport en commun intéressante pour les résidents de l'est de Montréal, selon le président de Croisières Navark. Il peine à comprendre pourquoi le projet n'avance pas. « Depuis 2005 qu'on essaie de sensibiliser les gens à cette belle idée, explique-t-il. La Rive-Sud vers Montréal, ça, tout le monde y croit, mais de l'est vers le centre-ville, on dirait que les gens cherchent des alternatives de transport en commun par la route. Avec les installations qu'on a en ce moment, on croit que ce serait une bonne idée d'initier le projet plus rapidement. »

« Ça pourrait devenir une belle marque de commerce pour Montréal. Les bateaux-taxis de Montréal, c'est à retenir. »

— Une citation de  Normand Noël, capitaine, président de Croisières Navark

Un projet toujours à l'étude

La mairesse de l'arrondissement Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, dit entendre haut et fort les citoyens qui réclament le service. Impossible toutefois pour l'instant de prédire s'il sera un jour offert de manière permanente.

« Il faut continuer à valider tout le potentiel de ce type de transport, dit-elle. On a perdu un peu l'habitude d'utiliser le fleuve comme moyen de transport. Et puis là, on poursuit nos analyses en termes d'investissements nécessaires et de partenariats, etc. »

« Ce type de transport peut minimalement fonctionner neuf mois par année, mais ça peut aussi fonctionner 12 mois par année si on a les bonnes conditions, ajoute Chantal Rouleau. Alors est-ce qu'en hiver vous allez l'utiliser? C'est le genre de question auxquelles on doit répondre. »

En 2016, une étude de faisabilité de la Société des transports de Montréal (STM) avançait qu'entre 200 et 1000 déplacements quotidiens pourraient se faire avec cette navette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !