•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paul McCartney et Sony s'entendent sur les droits des chansons des Beatles

Paul McCartney en spectacle

Paul McCartney

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chanteur Paul McCartney s'est finalement entendu avec la société d'édition musicale Sony/ATV Music Publishing sur les droits de 267 des chansons des Beatles qu'il a écrites.

Cet accord met fin à une bataille menée par McCartney depuis des années pour récupérer les droits des chansons qu'il a composées seul ou avec John Lennon. En janvier, le chanteur avait décidé de poursuivre Sony.

L'historique de ce contentieux remonte à de nombreuses années. ATV avait acquis presque tout le catalogue des Beatles avant que Michael Jackson ne l'achète en 1985 pour 41,5 millions de dollars américains. Il s'agissait de son bien le plus lucratif au moment de sa mort, survenue en juin 2009, à 50 ans. En 2016, la succession du roi de la pop a vendu à Sony les derniers titres qu'il lui restait afin d'éponger les dettes de Jackson. Le géant de la musique devenait ainsi le seul propriétaire de nombreux titres des Beatles, mais aussi de Bob Dylan, d'Eminem et de Taylor Swift, notamment.

Paul McCartney entendait récupérer ses droits en s'appuyant sur la loi américaine liée à la protection des droits d'auteur de 1976 qui permet aux artistes de recouvrer les droits de leurs oeuvres 35 ans après leur première publication ou 56 ans pour des chansons datant d'avant 1978. En 2018, le premier album des Beatles fêtera ses 56 ans.

Finalement, aucun procès n'aura lieu, puisque les deux parties sont parvenues à un accord. L'entente est confidentielle et le juge Edgardo Ramos a ordonné l'annulation de la procédure, selon un document daté de jeudi et consulté par l'AFP.

Le groupe Duran Duran avait poursuivi Sony au Royaume-Uni pour la même raison, mais avait été débouté. La justice britannique avait fait valoir que la loi américaine ne s'appliquait pas au Royaume-Uni.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !