•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens trouvent les coûts d'habitation trop élevés, selon un sondage

Une maison unifamiliale de Vancouver
Une maison unifamiliale de Vancouver Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Vous trouvez qu'avoir une maison dans votre ville entraîne trop de dépenses? Apparemment, vous n'êtes pas seul. Selon un sondage, deux Canadiens sur cinq croient que les coûts liés à l'habitation sont trop élevés au Canada, un sentiment que partagent les citoyens de presque toutes les tranches de revenus.

Les résultats du sondage mené par la société EKOS Research semblent encore plus marqués dans les principaux secteurs résidentiels du pays, où seulement une faible portion des personnes interrogées disent croire que les maisons sont abordables.

Les données s'arriment bien avec les standards formels utilisés par le gouvernement fédéral pour mesurer l'accessibilité dans sa stratégie pour réduire la pauvreté.

Le sondage suggère aussi que le gouvernement est conscient des craintes de le population quant à cette question.

Frank Graves, président d'EKOS Research, souligne qu'il est « profondément troublant » que certaines portions du Canada soient « à un niveau de crise ».

Environ la moitié des participants au sondage qui se considèrent comme pauvres ou issus de la classe ouvrière croient que les coûts d'habitation sont au-delà de leurs moyens. Dans les classes moyenne et plus élevée, ce chiffre se situe respectivement à 38 % et à 37 %.

Si l'on se concentre sur les villes, seulement 6 % des Torontois et 2 % des Vancouvérois trouvaient que les logements sont abordables. À Calgary, ce chiffre grimpe à 11 % et à Montréal, à 22 %.

Le sondage a été mené par téléphone auprès de 5658 Canadiens, du 1er au 19 juin. La marge d'erreur est évaluée à 1,3 %, 19 fois sur 20.

Le gouvernement fédéral espère diminuer de moitié le nombre de sans-abri et aider des dizaines de milliers de personnes « en besoin impérieux de logement », ce qui signifie qu'elles dépensent plus que le tiers de leur revenu avant impôts sur une habitation de qualité inférieure ou qui ne répond pas à leurs besoins.

Le gouvernement croit que les effets de sa politique pourraient être ressentis davantage par les locataires, qui ont des difficultés financières dans les plus grandes villes du pays.

Une étude de l'École de politique publique de l'Université de Calgary indique que le problème d'habitation est plus aigu dans les villes de Calgary, de Vancouver et de Toronto, où les familles à faible revenu peuvent dépenser jusqu'à la moitié de leur revenu sur les appartements à coût modique.

Les différents contextes dans les villes compliquent le travail du gouvernement dans l'élaboration de sa stratégie, qui devra tenir compte des variations régionales, a souligné l'École de politique publique dans sa recherche publiée au mois de juin.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier