•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sylvia L'Écuyer décorée de l'Ordre du Canada

Sylvia L'Écuyer, animatrice de « Place à l'opéra » sur ICI MUSIQUE.

Sylvia L'Écuyer, animatrice de « Place à l'opéra » sur ICI MUSIQUE.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La présentatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'ICI MUSIQUE, Sylvia L'Écuyer, fait partie des nouveaux récipiendaires de l'Ordre du Canada « pour sa contribution en qualité de musicologue et d'animatrice de radio ».

Un texte de Noémie Moukanda

Sylvia L'Écuyer fait partie des 99 personnes nouvellement décorées de l'Ordre du Canada (Nouvelle fenêtre). Cette distinction honorifique souligne le fait que la réalisatrice a « partagé son amour de la musique classique avec des auditoires de partout au Québec et au Canada ».

Je suis très émue, très honorée, très surprise.

Sylvia L'Écuyer, récipiendaire de l'Ordre du Canada

L'animatrice ignorait qu'elle allait recevoir une telle récompense qu'elle qualifie « d'appréciation de la valeur de son travail ». « [Cet honneur accorde] une crédibilité à ce que j'essaie de faire tous les jours », estime-t-elle. « C'est une espèce de marque d'approbation. On en a besoin, même après 32 ans de métier », lance-t-elle avec le sourire.

On fait toujours son métier en pensant qu'on fait quelque chose de bien ordinaire. [...] On s'imagine que ça ne va pas attirer l'attention pour une récompense comme celle-ci . Au début, je pensais que c'était une erreur quand on m'a téléphoné.

Sylvia L'Écuyer, récipiendaire de l'Ordre du Canada

L'amour des chants lyriques

Au-delà du studio, qui est quasiment sa seconde résidence, Sylvia L'Écuyer enseigne la musicologie à la Faculté de musique de l'Université de Montréal. La professeure associée écrit également « des textes musicologiques pour des programmes de festivals d'opéra, toujours avec l'idée de partager et de donner de petits fils conducteurs aux gens pour qu'ils puissent pénétrer dans la musique et y trouver un plaisir, une satisfaction », explique-t-elle.

L'Ordre du Canada souligne par ailleurs son désir de voir la musique rejoindre des auditoires qui n'y ont pas accès. Sylvia L'Écuyer se démarque en effet en ayant cofondé la Société pour les arts en milieu de santé (Nouvelle fenêtre) au Québec et la Health Arts Society en Colombie-Britannique. « C'est la même passion, quand ce n'est pas devant un micro [...] en invitant des musiciens professionnels à aller donner des concerts aux gens qui sont incapables d'y aller. » Cette démarche sert à « briser leur isolation », ajoute-t-elle.

Pleine d'humilité, Sylvia L'Écuyer reconnaît que d'autres méritent une telle distinction. Elle cite, par exemple, sa collègue aux arts Yolaine Mottet « qui a toujours fait un travail extraordinaire pour le partage de sa passion, pour son respect des artistes ».

Colombie-Britannique et Yukon

Musique