•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Polygamie : le procès de la secte de Bountiful tire à sa fin

Brandon Blackmore et Gail Blackmore entrent dans l’édifice de la Cour provinciale de Cranbrook en Colombie-Britannique le 22 novembre 2016.

Brandon Blackmore et Gail Blackmore entrent dans l’édifice de la Cour provinciale de Cranbrook en Colombie-Britannique le 22 novembre 2016.

Photo : Bob Keating/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux chefs de la communauté mormone de Bountiful, en Colombie-Britannique, sont de retour au tribunal vendredi pour connaître leur peine après avoir été reconnus coupables d'avoir emmené une fille mineure aux États-Unis pour l'épouser.

En février, la Cour provinciale Cranbrook a reconnu les anciens époux, Brandon James et Emily Ruth Gail Blackmore, coupables d'avoir traversé la frontière avec une adolescente de 13 ans dans le but d'avoir des contacts sexuels violant le Code criminel. Les faits remontent à 2004, lorsque la jeune fille était mariée à Warren Jeffs, le prophète de la secte fondamentaliste de Bountiful, dans le sud-est de la province, qui purge actuellement une peine à perpétuité dans l'État du Texas.

Une grande partie de la preuve présentée dans le procès des Blackmore a été obtenue pendant l'enquête américaine concernant Warren Jeffs. Les dossiers qui ont servi à prouver la culpabilité de M. Jeffs ont été retrouvés dans un ranch au Texas. Un troisième accusé, James Oler, a été déclaré non coupable d'avoir emmené une adolescente de 15 ans aux États-Unis pour l'épouser. Le gouvernement de la Colombie-Britannique a fait appel de cette décision.

Au moment des faits reprochés, les époux Blackmore étaient tous les deux membres de l'église fondamentaliste mormone de la communauté de Bountiful, où il est commun pour les hommes de se marier avec plusieurs femmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !