•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pornographie juvénile : la juge prononcera la peine de Philip Chicoine le 21 septembre

Image brouillée d'un homme qui regarde des photos sur un écran d'ordinateur

Philip Chicoine a plaidé coupable à quarante chefs d'accusation

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Saskatoon, les deux parties ont présenté leurs arguments lors de l'audience de détermination de la peine de Philip Chicoine. La juge doit prendre sa décision le 21 septembre.

Philip Chicoine a plaidé coupable à 40 chefs d'accusation de possession, de production et de partage de pornographie juvénile. La Couronne demande 17 ans d'emprisonnement alors que la défense propose une peine de 7 ans.

La Couronne a reconnu la difficulté de déterminer une peine appropriée pour Philip Chicoine, car il y a peu de cas qui s'y comparent au pays. La procureure a également diffusé la vidéo d'une victime de pornographie juvénile, qui, aujourd'hui, continue d'en subir les conséquences, afin de présenter à la cour les conséquences d'actes de pornographie juvénile.

De son côté, la défense a fait valoir que Philip Chicoine avait été intimidé et ostracisé à l'école, et plus tard dans sa vie, au travail. Elle a ajouté que celui-ci s'était senti accepté dans cette communauté de délinquants.

Des preuves troublantes

Philip Chicoine a notamment diffusé en direct des vidéos d'enfants étant maltraités en Roumanie et aux Philippines. Il a été démontré qu'il donnait des directives aux parents des enfants quant à la façon de les maltraiter.

Certains étaient des bébés et d'autres pouvaient avoir jusqu'à 14 ans.

Lors du procès plus tôt en juin, un policier ayant enquêté sur l'affaire a dit que le cas de Philip Chicoine était le pire qu'il ait eu à investiguer. Il a raconté que les images et les vidéos de pornographie juvénile lui avaient donné des cauchemars.

Philip Chicoine détenait :

  • un peu plus de 10 000 vidéos;
  • environ 4700 photos de pornographie juvénile.

L'homme dans la vingtaine a dépensé 20 000 $ en cinq ans pour des échanges de matériel pornographique en ligne.

Saskatchewan

Procès et poursuites