•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Fransaskois Shawn Jobin à l'honneur pour la première d'un documentaire montré à Regina

Shawn Jobin
Le rappeur fransaskois Shawn Jobin Photo: Radio-Canada

Un documentaire illustrant le parcours de sept Canadiens dont celui du rappeur fransaskois Shawn Jobin est l'honneur dans une nouvelle exposition du Musée canadien pour les droits de la personne, à Winnipeg. La partie consacrée au musicien a été présentée en grande primeur en Saskatchewan, au centre Creative City de Regina, à l'occasion du festival Queen City Shorts.

Depuis janvier, des soirées de projection de courts métrages sont organisées une fois par mois au centre Creative City. Le festival Queen City Shorts encourage les productions venant des minorités, soit celles des Premières Nations, des communautés LGBTQ et des francophones.

La partie du court métrage Notre Canada, mon histoire parlant du rappeur fransaskois Shawn Jobin faisait partie de la programmation de la 6e soirée. Un rappeur francophone qui habite dans les Prairies, voilà une histoire qui a suscité l'intérêt de la cofondatrice du festival, Sherona Sinclair.

Il y a tellement d'histoires qui n'ont pas la vitrine nécessaire pour être bien représentées, nous voulons être cette vitrine pour eux.

Sherona Sinclair, cofondatrice du festival de films Queen City Shorts

Le Musée canadien des droits de la personne a choisi de mettre en valeur le rappeur et poète slameur à l'occasion du 150e anniversaire du Canada. Notre Canada, mon histoire, qui sera montré jusqu'à l'automne, présente sept courtes vidéos de Canadiens qui ont percé dans leur communauté et qui travaillent à surmonter des défis liés aux droits de la personne.

Shawn Jobin et des dizaines de jeunes enfants sur la scène du FrancothonShawn Jobin entouré d'une mer de jeunes de l'École Monseigneur de Laval au Francothon Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Le rappeur fransaskois a été choisi par son caractère revendicateur. Il aborde souvent les questions délicates de l'assimilation, de la défense de la langue française et de la diversité culturelle, ce pour quoi le Musée le reconnaît.

Dans sa chanson Tu m'auras pas, le rappeur parle de l'importance pour les Francophones de prendre leur place dans les médias et de s'afficher.

Avec des mots comme « Je ne veux pas qu'on se perde, avec ta radio tu m'auras pas, La Fleur de Lys peut aussi pousser dans les Prairies », Shawn Jobin tient un discours engagé.

Des musiciens en spectacle sur une scèneShawn Jobin a pris part à la troisième et dernière soirée des demi-finales des Francouvertes au Cabaret du Lion d’Or. Photo : Twitter/Les Francouvertes

Des capsules vidéos tournées avec Shawn Jobin lorsqu'il était en tournée au Festival de la chanson de Tadoussac font partie de la programmation du Musée. Il sera aussi possible d'en apprendre plus sur ses racines au Québec et sur ses différentes implications en Saskatchewan.

Shaun Jobin a expliqué dans une entrevue à Radio-Canada qu'il a vécu une crise identitaire, partagé entre les deux cultures autant sur le plan musical que linguistique.

Il raconte qu'il a presque toujours fait partie d'une communauté minoritaire, que ce soit dans une école anglophone au Québec, ou en Saskatchewan, dans une école francophone.

J'ai trouvé ma francophonie en Saskatchewan

Shawn Jobin

Pour Shawn Jobin, la reconnaissance du Musée est une motivation supplémentaire pour continuer à partager des messages d'affirmation de soi et d'authenticité, à travers sa musique.

Saskatchewan

Francophonie