•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forte mortalité chez les bébés épaulards attribuée à la pénurie de saumons

Des épaulards nagent au large de Victoria.

L'épaulard du Pacifique Nord-Ouest fait partie des espèces en voie de disparition au Canada.

Photo : Eagle Wing Tours and Shorelines Photography/Valerie Shore

Radio-Canada

Espèce classée en voie de disparition par Ottawa, les épaulards du Pacifique Nord-Ouest souffrent d'un manque de nourriture qui se répercute sur les femelles en gestation et, donc, sur le taux de natalité, selon une étude de l'Université de Washington.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs du Centre de biologie de l'établissement ont analysé les hormones présentes dans les excréments des épaulards au large de la Colombie-Britannique et de l’État de Washington. Ils ont constaté, sur une période de sept ans, que plus des deux tiers des gestations n’arrivaient pas à terme.

Selon eux, ce phénomène est lié à un « stress nutritionnel » dû à la faible population de saumons Chinooks qui constituent l’essentiel du régime alimentaire des épaulards.

« Un nombre important d’épaulards conçoivent, mais leur environnement est trop faible d’un point de vue nutritionnel pour que la gestation arrive à terme », explique Sam Wasser, auteur principal de l’étude.

Les épaulards de la côte du Pacifique Nord-Ouest ont rejoint la liste des espèces en voie de disparition (Nouvelle fenêtre) depuis 2005 aux États-Unis et depuis 2008 au Canada. Leur nombre a été évalué à 78 contre 140 il y a plusieurs décennies. La pollution et le trafic maritime représentent, au même titre que le manque de nourriture, les facteurs principaux pour expliquer leur déclin.

Le saumon Chinook est lui aussi menacé sur la côte ouest à cause de la perte de son habitat due aux activités humaines, aux barrages, à la pêche ou à encore la pollution.

Quelque 350 échantillons d’excréments ont été collectés sur 79 orques dans le cadre de l’étude, entre 2008 et 2014. Sur 35 grossesses signalées, seuls 11 bébés ont été dénombrés.

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement